La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Test de jeu / PS3 / Pro Evolution Soccer 2013

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 133
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 61 253
Moyenne de points: 2,44

MessagePosté le: 21.09.12 01:50    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / Pro Evolution Soccer 2013 Répondre en citant

Il aura fallu du temps à Konami pour l’admettre, mais l’éditeur nippon semble désormais pleinement conscient qu’il faudra plus que de simples ajustements à sa série PES pour espérer détrôner le roi FIFA. On en veut pour preuve le fait que Shingo "Seabass" Takatsuka, le géniteur des Pro Evolution Soccer, travaille depuis quelques mois à un nouveau moteur de jeu basé sur le Fox Engine de Kojima Productions et destiné à l’opus 2014 de la série. Mais alors quid du PES 2013 qui nous intéresse aujourd’hui ?
A vrai dire, on peut presque résumer cette nouvelle itération à un PES 2012 au gameplay et à l’IA retravaillés. Autant dire que la recette est connue, mais il faut bien avouer que pad en main les matchs deviennent un peu plus intéressants que par le passé. Explications.
Un peu plus de liberté
Première surprise lors du lancement initial du jeu, ce dernier vous invite à passer par la case entraînement pour vous familiariser avec les nouveautés de l’année. Celles-ci concernent aussi bien la défense que l’attaque, avec pour la première une orientation proche de celle de FIFA 12 et de sa défense tactique, et pour la seconde une insistance très remarquée sur les contrôles 100% manuels.

Amorcée l’an dernier avec PES 2012, la refonte du mécanisme de défense s’inspire cette année très nettement de la concurrence. Jugez plutôt : dans la peau d’un défenseur, maintenir le bouton Croix permet désormais de contenir l’attaquant en restant à distance, tandis qu’une pression simultanée sur Croix et R1 sert à fondre sur lui pour lui chiper le ballon comme dans les anciens opus. Plus direct, une double pression sur Croix donne lieu à un tacle debout qui, utilisé dans le mauvais timing, occasionne autant de fautes que son comparse le tacle glissé. Les fans de FIFA auront sans doute reconnu ici le système mis en place l’an dernier par la série d’EA, et qui rendait les actions de défense bien plus techniques qu’auparavant. Seul petit hic avec PES 2013, la manœuvre de pressing se révèle aussi efficace que par le passé, y compris dans les modes de difficulté supérieurs, et il n’est donc pas rare de recourir à cette bonne vieille méthode pour récupérer le cuir…
Histoire de compenser quelque peu cet avantage donné à la défense, les développeurs ont aussi élargi le panel de mouvements mis à disposition des attaquants avec un système baptisé Maîtrise des contrôles. On y trouve tout d’abord les « dribbles précis », activés en maintenant la gâchette R2 appuyée et qui permettent de garder le ballon littéralement collé aux pieds du joueur : pratique pour zigzaguer dans la défense. Viennent ensuite les doubles contacts (stick droit vers la gauche ou la droite puis stick gauche vers l’avant), les amortis (R2 pile au moment du contrôle), le coup du sombrero (R3 sur le contrôle puis vers l’avant) et la reprise de volée (R3 au contrôle puis Carré). On passe alors aux tirs précis (R2 + Carré) et aux tirs flottants (Carré puis encore Carré au moment où le joueur va frapper le ballon) d’une redoutable efficacité. Les feintes (R1 + R2) permettent quant à elles de réaliser petits et grands ponts au prix d’un timing ultra-serré, tandis que les une-deux se déclenchent comme dans les précédents opus avec une petite nouveauté : il est désormais possible d’indiquer au joueur demandant le une-deux la direction qu’il devra prendre après avoir passé le ballon à son équipier.

Outre ces mouvements nouveaux ou revisités (certaines actions déjà présentes auparavant n’utilisent plus les mêmes boutons !), on note la possibilité de réaliser les passes et tirs de manière 100% manuelle en maintenant la gâchette L2. Bien sûr les contrôles manuels existaient déjà dans les précédents opus, mais il fallait configurer la manette pour les utiliser exclusivement. Désormais, vous pouvez profiter des contrôles assistés quand vous le souhaitez, et déclencher des actions en manuel au moment opportun. Bien vu.
Une plus grande diversité de l’action
Sans surprise, ces modifications de gameplay permettent sur le terrain la mise en place d’actions plus variées, moins stéréotypées que par le passé. Il faut dire que l’IA de vos partenaires a été retravaillée pour qu’ils offrent plus de solutions au porteur du ballon, avec des résultats visibles sans être toutefois complètement satisfaisants : si les appels de balle sont effectivement plus nombreux et occupent mieux la largeur du terrain, ils ne sont pas forcément suivis une fois le ballon envoyé, si bien que de nombreuses attaques se terminent avec un ballon récupéré par l’adversaire alors que notre attaquant a semble-t-il décidé de faire une petite pause. A l’inverse, certains joueurs font leur appel au dernier moment et se retrouvent trop souvent hors-jeu au moment de la passe. Bref, il arrive que tout se déroule comme prévu et que l’on arrive à construire l’action souhaitée, mais les déchets sont encore nombreux.

Plus gênant, les contacts entre défenseur et attaquant restent largement moins réalistes que chez la concurrence : outre des animations toujours prédéfinies (entendez par-là qu’elles ne sont pas calculées « en temps réel » via un moteur physique), le jeu souffre d’une gestion des collisions parfois étonnante, donnant lieu à des face-à-face dont l’issue semble trop souvent tenir de la roulette russe. Bien sûr un Messi sera la plupart du temps vainqueur s’il fonce balle au pied sur un défenseur lambda, mais vous aurez bien plus de mal à anticiper le résultat d’une confrontation entre deux joueurs normaux. Et si les nouveaux mouvements offensifs décrits plus haut, couplés à un rythme de jeu plus posé qu’auparavant, peuvent aider à effacer son vis-à-vis, le timing très exigeant des manœuvres les plus efficaces rend une bonne partie des tentatives caduques. Bref on aura tout intérêt à privilégier la circulation du ballon jusqu’à ce qu’un attaquant trouve une ouverture lui permettant de faire cavalier seul jusqu’au but ou de déborder sur une aile afin de tenter un centre.
Au final, on se retrouve face à une situation un peu paradoxale : la panoplie des mouvements offensifs pour les face-à-face a été enrichie, le système de défense revu, mais la gestion des contacts parfois douteuse tend à privilégier le jeu de passes !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 21.09.12 01:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 133
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 61 253
Moyenne de points: 2,44

MessagePosté le: 21.09.12 01:51    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / Pro Evolution Soccer 2013 Répondre en citant

Un contenu sans surprise
Côté modes de jeu, PES 2013 donne dans le classique avec la reconduite de toutes les compétitions habituelles de la série : l’UEFA Champions League, la Copa Santander Libertadores, le mode Football Life qui regroupe la Ligue des Masters (en solo ou en ligne) et le mode Vers une Légende, ainsi que diverses compétitions fictives inspirées d’évènements réels (coupe sur chaque continent, coupe du monde…).

Comme d’habitude, plusieurs championnats nationaux sont présents mais ne se valent pas tous du point de vue des licences officielles. Ainsi vous aurez droit au pack complet pour la Ligue 1 (France), l’Eredivise (Hollande) et la Liga BBVA (Espagne), mais devrez vous contenter d’une seule équipe (Manchester United) sous licence pour la Premier League (Angleterre) et de quatre pour la Liga Zon Sagres (Portugal). Entre les deux, vous pourrez compter sur la Serie A (Italie) et le Brasilerão (Brésil) qui incluent toutes les équipes officielles mais ne bénéficient pas des noms et logos officielles des compétitions réelles.
Les amateurs de jeu en ligne seront sans doute heureux d’apprendre que l’application FaceBook myPES introduite par le précédent volet a été mise à jour pour ce nouvel opus, vous permettant toujours de publier vos stats sur la toile et de les comparer aux performances de vos amis. A noter aussi la présence de la Ligue Inter-Communauté qui vous permet de choisir votre club favori et de le faire monter au classement global en disputant des matchs en ligne.
Une réalisation qui stagne
Très convenu dans ses modes de jeu, PES 2013 l’est aussi dans sa prestation technique assez comparable à celle de son prédécesseur : les grandes stars du ballon rond sont toujours aussi bien modélisées, notamment au niveau des visages, et bénéficient d’animations spécifiques permettant de les reconnaître immédiatement même en vue éloignée. Malheureusement les joueurs plus anonymes n’ont pas bénéficié du même soin, comme le prouvent trop souvent les gros plans des ralentis.
Toujours au sujet de la prestation graphique, notre version de test souffrait d’un phénomène assez désagréable de micro-saccades modifiant trop souvent la fluidité de l’action. Si l’on est habitué au phénomène sur les ralentis ou en mode replay, il nous est paru cette année un peu trop présent en jeu. Le meilleur moyen de l’atténuer semble être de choisir une caméra relativement éloignée de l’action, une solution pas franchement intéressante en mode Vers une légende lorsque l’on incarne toujours le même joueur sur le terrain !

Côté ambiance sonore la prestation est là encore similaire aux précédents opus, avec des supporters qui savent se faire entendre mais manquent de diversité, notamment dans leurs chants, et des commentaires trop souvent à côté de la plaque ou en décalage avec l’action. Christophe Dugarry cède cette année sa place à Darren Tullet pour épauler Grégoire Marmotton, mais le nouveau venu ne se révèle ni plus pertinent ni moins rabâcheur que son prédécesseur… Pour ce qui est des musiques dans les menus, l’orientation semble cette année être aux rythmes latinos, avec notamment le titre « Ai Se Eu Te Pego » de Michel Teló. Sympathique !
Terminons avec un mot sur les chargements, toujours trop longs avant un match si l’on ne passe pas par une installation du jeu sur le disque dur. De quoi occuper 3.5Go de plus sur votre console.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:56    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / Pro Evolution Soccer 2013

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation