La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Chapitre 7 (Debut)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> http://reevenn.over-blog.com -> texte de reeven
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 062
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 60 921
Moyenne de points: 2,43

MessagePosté le: 27.08.12 00:39    Sujet du message: Chapitre 7 (Debut) Répondre en citant

Chapitre 7 (Debut)
UNE SINISTRE LUEUR

Grom'Gol.

A nouveau, Haine nous avait mené jusqu'au fief de la Horde en Strangleronce. Med'an n'avait pas eut d'autre choix que de le suivre.
Après avoir laissé Stasia et Belash dans un piteux état, ils s'étaient dirigés vers le village de Brill. C'était le bourg réprouvé le plus proche de la capital, situé tout proche de la tour des zeppelins. Autrefois cimetière humain de Lordaeron, nombre de mort-vivant avaient, si on peut dire, revu le jour ici même.
La proximité d'Undercity et de la tour des transports gobelins en avait fait un carrefour commercial. Outre les marchants, on y trouvait l'écurie la plus réputée du royaume conquit par Sylvanas. Les équidés squelettiques et décharnés ne furent pourtant pas les montures choisies par Haine pour voyager. Pas plus que le zeppelin. L'urgence l'obligeait à utiliser un moyen plus rapide. Et il savait lequel puisqu'il en avait déjà fait usage.
A Brill, contre quelques pièces, il lui fut facile de louer les services d'un mage pour profiter d'un portail magique. Med'an, resté invisible, était passé le premier. Haine avait suivi après avoir menacé le mage de représailles mortelles si il parlait de lui à quiconque. Qu'il ne l'ai pas tué fut étonnant. Peut-être n'avait-il tout simplement pas le temps, ou bien voulait-il garder Med'an sous sa surveillance. La raison pour laquelle le sang mêlé ne s'enfuyait pas était connue de lui seul. Etait-il une personne honorant sa parole, ou voulait-il lui aussi savoir ce qu'était cette chose probablement magique en lui ?

Quoi qu'il en soit, Haine apparut au milieu de l'auberge de Grom'Gol au moment même ou Grumf soufflait la dernière bougie éclairant la chambre. Inconscient de la présence si proche de celui qu'ils cherchaient, ils s'endormirent d'un sommeil lourd et réparateur.

J'ignorais tout autant la présence de Princes Déchus, sans quoi j'aurais peut-être tenté de prendre le contrôle de ma voie pour les appeler. Mais c'est avec inquiétude et curiosité que je laissais Haine me conduire malgré moi vers un lieu connu de lui seul.
L'étape suivante du voyage fut à mon grand étonnement le reposoir des wyvernes. Les bêtes semblaient somnoler autant que leur dresseur.

- Excusez-moi. Le réveilla Haine sans aucun scrupule.

- Hum ? C'est pour quoi ? Bredouilla l'orc.

- Je souhaiterais louer deux de vos bêtes.

- Je dors. Revenez demain.

- Je ne peux malheureusement pas attendre.

- Mes wyvernes sont fatiguées. Elles ont cherché des survivants du crash toute la journée. Pas question qu'elles volent avant de s'être reposé.

- Je voie. Je vais devoir me montrer plus persuasif.

- Pas la peine. Bonne nuit.

- Juste une dernière question. Préférez-vous être servi en bouillie ou en petits morceaux à vos petites bébêtes ?

- Une menace ? Je vais appeler la garde si vous ne partez pas.

- Ma patience a des limites dresseurs !

- Vous l'aurez voulu, prêtre. A m...

Mais son appel à l'aide fut stoppé par Haine qui lui jeta un maléfice le réduisant au silence. Aphone, l'orc afficha un visage terrorisé.

- Puis-je maintenant espérer avoir votre attention ? Lui demanda le voleur de mon corps après lui avoir rendu la parole.

- Deux wyvernes ? C'est bien cela ?

- Vous voyez que vous pouvez être aimable avec la clientèle. C'est bien cela.

- Mais, vous êtes seul. Remarqua le dresseur.

- Et où est le problème ? Rétorqua Haine d'un air plus que menaçant.

- Où dois-je dire aux bêtes de vous conduire ? Se rattrapa vite l'orc.

- J'aimerais pouvoir garder cela secret.

- Impossible, elles...

- N'obéissent qu'aux dresseurs. Je sais.

- Alors ? Quelle est la destination ? J'aimerais retourner dormir au plus vite.

- Pierrêche.

- Bien.

L'orc montra les deux wyvernes qui allaient être notre prochain moyen de locomotion puis, une fois que Haine et Med'an furent installés sur leurs dos, il leur souffla dans l'oreille leur destination. Sans comprendre pourquoi mon geôlier n'avait pas choisi de demander au mage de Brill de faire un portail directement pour Pierrêche, nous nous élevâmes dans le ciel.

- Attendez ! Vous n'avez pas payé la course ! Se rappela soudain le dresseur. Aux voleurs ! Aux vol...

Quelque chose sembla frapper l'orc. Assez violemment pour l'assommer. Tandis que je le voyais s'affaler sur le sol, j'entendis Haine féliciter Med'an pour ce qu'il venait de faire.
Pourquoi le sang-mêlé avait-il agis ainsi ? Il venait d'utiliser une technique connue de lui seul pour faire taire l'orc et leur donner une nouvelle longueur d'avance sur leurs éventuels poursuivants. Med'an se croyait-il plus en sécurité au côté de Haine qu'entre les griffes de Stasia ?

Mais alors que le sang-mêlé usait de son talent d'assassin, sous leur pieds, dans la chambre où dormait les Princes déchus, une lumière violette aveuglante tira brusquement tout le monde du sommeil.

- Qu'est-ce que c'est ? Sursauta Grumf.

- Mes armes ! Cria Coxi, manquant de chuter de sa couchette.

Xuther prononça des mots elfiques destinés à donner du courage avant une bataille, tandis qu'il cherchait son épée à tâtons, les yeux encore tout collés.

- Du calme ! Intervint enfin Kanum. Du calme ! C'est ma faute ! Désolé, c'est mon œil de Kilrog qui c'est activé ! Je l'éteins tout de suite !

- Œil de quoi ? Demanda le chaman tandis que la lueur violette s'atténuait.

- De Kilrog. C'est avec ca que je chassais Med'an. Je l'ai gardé pour pouvoir le remanier et lui donner Reevenn pour cible. C'est plus simple que d'en recréer un.

- Tu pourrais prévenir que tu as un machin aussi flippant. Le sermonna Coxi.

- Med'an ? Je croyais que vous l'aviez livré aux réprouvés. S'étonna Grumf.

- En effet. C'est étrange qu'il me signal sa présence avec une telle intensité. Comme s'il était tout proche.

- Ce truc est complètement détraqué. Supposa Coxi.

- Impossible. La magie qui l'a créé est des plus stable existante en ce monde.

- Aurait-il put s'enfuir d'Undercity ? S'inquiéta Xuther.

- Possible. En tout cas l'œil le laisse penser fortement.

- Quoi qu'il en soit tu n'es plus un chasseur des ombres maintenant. Lui rappela Grumf.

- C'est vrai. Si Med'an court à nouveau, cela ne me regarde plus.

- Bien. De toute façon cette chose nous conduira bientôt à Reevenn. Conclu le chaman, signifiant à tout le monde qu'il était temps de se rendormir et d'oublier cet incident.

Tous pensèrent que cela était sans importance. Pourtant en suivant Med'an, ils m'auraient suivis moi. Mais comment auraient-ils put savoir ? Par deux fois, en moins d'une heure, ils venaient de laisser passer deux chances de me retrouver.

Je m'éloignais donc d'eux en survolant la forêt épaisse. La lune se reflétait sur le vaste océan derrière nous. Bientôt la jungle laissa place aux montagnes. Puis, après être passé au dessus des gorges de Deuillevent, nous arrivâmes au dessus d'une forêt plus clairsemée. Les arbres cachaient un vaste marécage dit « des chagrins ».
Pierrêche était le bastion de la Horde au plein milieu de cet endroit dangereux. Outre les sables mouvants, les maladies et les bêtes sauvages, il y résidait un grand nombre de dragons verts. Ces derniers c'étaient rassemblés autour d'un ancien temple troll, tout à l'est. Seul le sommet du monument émergeait au milieu du grand lac qui alimentait le marais en eaux troubles.
Il n'y avait que la horde pour avoir osé s'installer dans cet endroit. L'Alliance n'avait pas cherché à contester ces terres incultivables et emplies de maladies dangereuses pour les humains.

La nuit avait été longue à dos de wyverne. Je pouvais enfin voir les feux de Pierrêche alors que l'horizon se teintait d'un liseré rouge annonçant le levé imminent du soleil.

- Bien, c'est ici qu'on descend ! Cria Haine à Med'an.

- Il me tardait d'arriver. Répondit le sang-mêlé. Dois-je me camoufler à nouveau ?

- Tu n'as pas compris ? J'ai dit qu'on descendait !

- Attends ? Tu ne veux pas qu'on...

- Si ! Allez !

- Mais !

Perdant patience, Haine effraya avec un sortilège la monture de Med'an. Cette dernière, prise de panique, se mit à faire des looping et autres cabrioles qui désarçonnèrent le sang-mêlé.
Satisfait, mon geôlier sauta à son tour. Puis, en une fraction de seconde, lança sur lui et Med'an un sortilège de lévitation.
Lentement, je vis les branches et le sol se rapprocher. Plus haut, les wyvernes continuèrent leur vol jusqu'à destination.

Le marécage aurait facilement put être renommé « de l'effroi » tant l'obscurité mêlée aux bruits étranges le rendait sinistre. Même l'odeur, qui me fut épargnée, ressemblait à celle de cadavres pourrissants dans l'eau.

C'est pourtant avec une voix ne montrant aucune peur que Haine demanda à Med'an de le suivre. Le sortilège de lévitation était encore actif, ce qui leur évitait de tomber dans des sables mouvants impossible à voir dans la pénombre. Au moins, mes souliers seraient épargnés de la boue nauséabonde.
Toutefois, je ne savais pas ou nous nous dirigions. Sauter avant Pierrêche était un moyen de ne pas se faire voir, mais sans chemin, il était facile de se perdre. Ce fut surement la raison pour laquelle Haine se dirigea droit vers le sud. Au bout de plusieurs minutes de marche, nous arrivâmes sur un chemin bien balisé.
Même si l'endroit était dangereux, la Horde avait sut entretenir un réseau de chemins praticables. Durant la journée, plusieurs patrouilles les parcouraient, s'assurant ainsi de l'absence d'une menace autre que celles déjà existantes. L'Alliance n'était pas loin. A l'ouest, au nord et au sud, les régions étaient sous son contrôle.

A présent sur une route sans sables mouvants, Haine mit le cap à l'est, en direction de Pierrêche. Je me doutais que la direction changerait avant d'atteindre le village orc. Il n'y en avait que deux possible. Le nord ou le sud. Et puisque le nord ne nous aurait mené que plus au cœur du marécage, il n'y avait plus qu'une direction possible.
Mon sang ne fit qu'un tour en comprenant que c'était à coup sûr le sud que choisirait Haine. L'endroit ou nous allions, je le connaissais, c'était les Terres foudroyées. Je n'y était jamais allé, mais personne ne pouvait ignorer son existence à cause de son histoire. C'est là qu'était la grande porte des ténèbres. Celle par laquelle la première Horde contaminée par la folie démoniaque avait envahie Azeroth. Cette même porte que le père de Med'an avait créé. Ce même portail, aujourd'hui fermé, autour duquel un grand nombre de démons attendaient de pouvoir repartir ou revoir leurs semblable débarquer. Et parmi ces démons, l'un d'eux était leur chef sur Azeroth : Kazzak.

Etait-ce possible ? Haine allait-il oser ? Mon esprit tout entier frissonna rien qu'à cette idée. Oui, il allait le faire, il l'avait dit. « Là où se trouve ceux qui ont les réponses ». C'était la réponse qu'il avait donné à Med'an à sa question sur l'endroit où ils allaient.
Le sang-mêlé semblait ne pas encore avoir fait le même raisonnement que moi. Tout être de raison aurait fuit en sachant qu'il allait être conduit droit vers le fief des démons les plus puissants sur cette planète. Haine lui même ne pouvait être sûr qu'en livrant son « otage » il aurait la vie sauve.

**********

Alors que je gardais silencieuse mon atroce déduction, bien conscient qu'en avertir Haine ne changerait rien à ses plans, un pieds chaussé d'une épaisse botte en cuir écrasa les dernières cendres fumante d'un feu de camp agonisant.

- Debout tas de feignants ! Ordonna Borchan aux deux voleurs encore avachis sur la peau de kodo généreusement prêtée par le chasseur.

- Hein ? Quoi ? Bredouilla Wawka. Du fromage au petit déjeuné ? C'est original.

- C'est pas du fromage que tu renifles, mec. C'est mes pieds.

Cela suffit à mettre le mort-vivant debout en un instant.

- Tiens, puisque t'es debout à rien faire, range donc tout le bazar dans les sacoches veux-tu ? Lui imposa de suite Borchan.

Etrangement, le réprouvé ne protesta pas. Il lui devait bien ce service après tout.

- Nous n'avons pas de temps à perdre en grasse matinée. Insista Borchan auprès de Zerin. Chaque minute qui passe nous éloigne de notre cible.

L'idée seule de faillir à la mission et de la sanction qui en découlerait suffit à convaincre le troll d'aider Wawka à se préparer au plus vite à reprendre la traque. Si bien qu'en une minute à peine ils furent prêt tous les trois.

- Parfait. Déclara le nain en guise de signal de départ. Beorn, à toi de jouer mon vieux.

L'ours comprit de suite ce qu'on attendait de lui et se mit en marche, reniflant sans cesse le sol de sa truffe humide.

Il conduisit les trois compagnons de mission droit vers le sud, jusque là ou la route se séparait en deux. Une voie menait à l'est, vers le marécage ou Haine et Med'an avaient sauté peu avant le levé du jour. L'autre, vers le sud, et s'arrêtait aux portes de Karazhan. Ce fut cette dernière que le plantigrade suivie.

- Ce pourrait-il que notre cible se soit réfugiée dans ce donjon abandonné ? S'interrogea Beorn à voie haute.

- Ca ne ferait que nous faciliter la tache, mec. Se réjouit Zerin.

- A moins que tout cela ne soit un piège. Mit en garde Wawka. Ce prêtre sait qu'il est suivi.

- S'il est encore là-bas. Observa le chasseur. Les traces que nous suivons datent déjà de plusieurs jours.

- Ce qui est certain, c'est qu'il est passé par ici à pied une seule fois, mec. Et c'était dans ce sens.

- Oui c'est vrai, cela nous donne une raison d'espérer.

Il marchèrent tout le début de la matinée. Quelques ogres encore logés dans la région tentèrent de les faire fuir de leur territoire mais en vain. La mission ne pouvait pas être stoppée par une bande de gros tas de graisse sans cervelles.
Lorsque les portes de l'ancienne demeure de Medhiv furent en vue, Zerin fit signe au groupe de s'arrêter et força tout le monde à se cacher derrière un gros rocher.
La raison était qu'il venait de voir que du monde se tenait devant l'entrée. Ils étaient trop loin pour voir qui ils étaient mais le troll avait une vue plus perçante que ses compagnons et ils n'avaient pas manqué de les repérer.

- Restez là, je vais aller observer ce qui se passe de plus prêt. Proposa Wawka.

Le mort-vivant partit donc seul en éclaireur, camouflé dans les ombres. Rapidement il put compter trois personnes. Il y avait deux hommes, l'un beaucoup plus âgé que l'autre, et une haute-elfe. Tous étaient des mages.

- Des mages de Dalaran ? Dit avec grand étonnement l'orc après avoir écouté le rapport de Wawka.

- Je me demande ce qu'ils font là, mec.

- Aucune idée. Mais j'espère qu'il ne cherchent pas eux aussi notre cible. S'inquiéta le mort-vivant. Ce prêtre attire décidément beaucoup de monde après lui.

- Oui, je trouve aussi. Le problème c'est que tant qu'ils seront là, pas moyen d'entrer dans ce fichu manoir. Pesta Borchan.

- Pourquoi ca, mec ? Moi et Zerin pouvons très bien nous introduire discrètement.

- Pas question ! Je veux être là aussi pour le capturer ou le tuer !

- D'accord ! D'accord ! Du calme, mec.

- Bon, que fait-on alors ? On ne va pas attendre ici indéfiniment ? Demanda Wawka.

- Tu as raison, mec. Allons leur demander ce qu'ils font là.

- Tu plaisantes ?

- Non, mec, pourquoi ? Les mages de l'œil pourpre sont bien pacifiques, non ?

- Pas faux. Allons-y.

- Euh. Stoppa Borchan. Vous savez quoi, allez-y. Je vous couvrirais de loin au cas ou.

- Comme tu veux, mec.

Sans chercher plus de raisons à ce refus de confrontation de la part du chasseur, les deux voleurs allèrent à la rencontre des mages. Ces derniers les fixèrent du regard aussitôt qu'ils les virent, mais restèrent statique comme si cela ne leur posait aucun problème.

- Que venez-vous faire par ici ? Leur demanda le mage le plus âgé, assurément chef du trio.

- Nous cherchons quelqu'un qui se trouve peut-être à l'intérieur, mec. Expliqua Zerin avec franchise, sachant que certains mages de l'œil pourpre étaient capable de déceler le mensonge.

- Je doute que vous l'y trouviez. Où si c'est le cas, il est probablement déjà mort.

- Comment cela, mec ?

- Je ne peux hélas pas vous donner plus de détails. Nos actions doivent rester secrètes au reste du monde.

- Ecoutez, mec, ce qui se passe là dedans m'importe peu. D'ailleurs, si celui que nous cherchons était mort ca ne ferait que nous faciliter la tâche.

- Des chasseurs de prîmes ? J'aurais dut m'en douter.

- Pas exactement, mec. Mais sans la tête de notre cible, la paix entre l'Alliance et la Horde pourrait être compromise. Vous ne voudriez pas avoir ca sur la conscience, mec ?

- Je ne peux malheureusement pas prendre seul une décision qui incombe à l'œil pourpre, troll.

- Et moi je vais finir entre quatre planche si je foire cette mission, mec. Je n'ai donc rien à perdre à utiliser la force contre vous.

- Je voie. Mais, peut-être pouvons nous trouver un arrangement ? Nous explorons les lieux en ce moment même et je devrais recevoir un rapport dans peu de temps. Nous saurons alors si quelqu'un a été retrouvé à l'intérieur.

- Si c'est si dangereux là dedans, qui me dit que vous aurez ce rapport, mec ?

- Nous sommes de l'œil pourpre, ne nous sous estimez pas, voleur.

- De toute façon ca ne coute rien d'attendre un peu. Décida Zerin en s'éloignant de quelques pas pour aller s'asseoir sur une grosse pierre.

- Tu crois que ce que nous a dit ce mage est vrai ? Lui demanda Wawka qui l'avait suivi, tout en allumant une cigarette.

- J'en sais rien mec, mais j'ai aucune envie de me battre avec ces gars là. On dit qu'ils font parti des mages les plus puissants au monde.

- J'ai entendu ca aussi. Mais je sais aussi qu'ils ne sortent de leur cité reclus du reste du monde uniquement lorsqu'un trop grand danger menace.

- Ce qui se passerait à l'intérieur serait donc si grave, mec ?

- Je parierais que oui. D'ailleurs, as-tu jeté un coup d'œil là haut ?

Le troll leva les yeux vers le sommet de la tour et vie d'étranges lueurs violacées régulièrement déchirées par des éclairs roses.

- Tout ca sens la magie arcanique ou démoniaque, mec.

- Ouai, c'est ce que je pense aussi.

Ils attendirent ensuite patiemment en silence plusieurs minutes, jusqu'à ce qu'un parchemin apparaissent magiquement devant le mage.

- Alors, mec ? Demanda Zerin.

- Un instant... Non, aucun être vivant, si je puis dire, n'a été retrouvé.

- Vous en êtes sûr, mec ? Je ne peux pas partir d'ici sans en avoir la certitude.

- Je comprends et je vous redis que non. Maintenant, si vous voulez bien nous excuser, nos compagnons à l'intérieur ont besoin d'aide.

Il se tourna et fit un signe aux deux autres mages à ses côtés qui se précipitèrent à l'intérieur.

- Oh, et personne ne doit savoir que nous sommes intervenu ici, suis-je clair ? Les menaça-t-il en leur tournant le dos, s'apprêtant à suivre ses compagnons.

- Un instant, mec ! L'arrêta Zerin. La piste de notre cible se perd ici, peut-être avez-vous une information qui pourrait nous aider ?

- Comme je vous l'ai dit, tout ce qui c'est et se passe ici doit rester ignoré par ceux étrangers à l'œil pourpre.

- Nous savons garder notre langue et, comme je vous l'ai déjà dit, mec, retrouver notre cible est d'une importance capitale pour la paix entre l'Alliance et la Horde.

- Vous êtes têtu troll.

- On me le dit souvent, mec. De plus, si vous entrez là dedans, qui nous empêchera d'entrer à notre tour ?

- Et sournois avec ca... Bien, je pense que je n'ai pas le choix. Je vais vous dire pourquoi nous sommes ici. Quelqu'un a, part un moyen que vous ne devez pas savoir, permis à un puissant démon Eredar de venir dans notre monde. Cela a également entrainé le réveil de nombreuses âmes torturées. Nous tentons actuellement de les contenir dans Karazhan dans le but de pouvoir les détruire.

- C'est bien joli tout ca, mec, mais ca ne nous aide en rien.

- Au contraire. Ce quelqu'un est très probablement votre cible.

- D'accord mais si il n'est plus là ? S'impatienta Wawka.

- Ecoutez, je ne peux pas vous donner de détails mais notre ordre a déjà eut à faire à ce prêtre que vous cherchez. Nous l'avons suivi jusqu'à Lune d'argent, mais il nous a échappé. Vous devez déjà le savoir, il est très puissant. Nous avons décidé de surveiller cet elfe de sang car il est au courant de choses qui pourraient causer de grands troubles à ce monde.

- Vous savez donc où il se trouve, mec ?

- Hélas, non. Mais nous sommes certain qu'il se montrera à nouveau bientôt.

- J'en ai assez ! Craqua le mort-vivant. Je sens que je vais étriper quelqu'un pour me calmer les nerfs !

- D'accord, mais nous ne nous sommes jamais parlé, c'est compris ? Votre cible est surement à la recherche de Med'an, si il ne l'a pas déjà trouvé. Ne me demandez pas pourquoi, nous en sommes convaincu.

- Med'an, mec ! N'en cru pas ses oreilles Zerin.

- Oui, maintenant, adieu.

Il disparut ensuite en courant à l'intérieur de Karazhan.

- Moi qui pensait ne plus jamais entendre parler de lui. Réagit à son tour Wawka.

- Mais ca nous remet sur une piste, mec. Si on trouve Med'an, on croisera tôt ou tard notre cible.

- Une chance pour nous qu'il soit aux mains des chasseurs des ombres.

- Ou pas, mec. Si ce prêtre se frottent à eux, ils pourraient bien n'en laisser que des cendres et adieux la mission, vive l'arène d'Orgrimmar.

- Bon sang ! T'as raison, il faut aller à Undercity au plus vite !

Réalisant l'urgence de leur déduction, bien qu'elle fut futile puisque Med'an n'était déjà plus dans la capitale des réprouvés, ils coururent informer Borchan puis reprirent la route à pas pressés.

- Le plus rapide, puisque nous n'avons pas de pierre de foyer, c'est de se rendre à Pierrerêche. De là nous prendrons des wyvernes pour Grom'Gol puis un zeppelin pour Undercity. Expliqua le chasseur.

- Tout cela nous prendra au moins un jour et une nuit ! Ajouta Wawka inquiet.

- Il faut espérer que la chance tourne de notre côté cette fois, mec.

Mais le troll ignorait que la chance, manipulée par le destin, avait déjà choisi son camp.

**********

Les princes déchus à Grom'Gol s'étaient eux aussi réveillés de bonne heure. Après un rapide petit-déjeuner, ils avaient entrepris, enfin, les recherches d'indices qui auraient put les mettre sur la piste de Zerin et Wawka.
Le plus simple était d'interroger le plus de monde possible quand à savoir si ils avaient vu un troll et un mort-vivant voyager ensemble. Cela remontait à peu de temps avant le crash mais la plupart des personnes dans le fort étaient arrivées suite à cet accident. Aussi le choix des personnes à interroger se resserra sur les soldats et commerçants occupants les lieux. Bien sur le personnel de la T.G.V. fut en premier interrogé. Sans résultat.

- Si ils étaient en mission ils ont surement voyagé en étant invisible. Pensa Grumf tandis qu'ils redescendaient de la tour aux zeppelin.

- C'est plus que probable. Reconnu Xuther. Mais si on a la chance qu'ils aient loués des wyvernes l'un d'eux aura dut se montrer.

- Espérons.

Mais le dresseur de wyverne ne put les aider autrement qu'en affirmant qu'aucun troll accompagné d'un mort-vivant n'avait emprunté de wyverne depuis plusieurs jours. Il ne lui vint même pas à l'esprit de leur parler de l'évènement de cette nuit. Après tout ils n'avaient pas demandé un elfe de sang et un voyageur invisible.

Toujours sans informations, les princes commencèrent à questionner les soldats. Ce qui ne donna pas plus de résultats. Hélas, il en fut de même pour les commerçants.
Dépités, ils quittèrent l'atelier du forgeron sans plus savoir qui interroger, quand ce dernier les interpella.

- Attendez ! Je crois me souvenir de quelque chose !

Tous les quatre se retournèrent avec un visage plein d'espoir.

- Voilà, il y a peu de temps, juste avant le crash, quelqu'un m'a commandé une épée. Comme toujours je lui ai demandé un acompte pour l'achat de la matière première. Il m'a alors demandé si il pouvait payer plus tard, ce que j'ai refusé. Mais il a insisté en m'expliquant qu'il revenait d'une expédition à Zul'Gurub et qu'il lui fallait rapidement une arme pour y retourner et aider ses compagnons toujours là bas. Evidemment je me suis étonné qu'il eut été sans un sous puisque la cité temple devait regorger de trésors. Il m'a alors dit avoir été volé sur la route alors qu'il faisait une pause pour se restaurer. Pour lui son ou ses voleurs étaient forcément invisible pour qu'il ne les ait pas vu approcher. Je ne sais pas si ca vous aidera mais je m'en serais voulu de ne pas vous en avoir parlé.

Grumf le remercia et le forgeron retourna à son travail.

- Qu'en penses-tu Xuther ? Lui demanda le chaman.

- Rien ne nous dit que c'est l'œuvre de Zerin et Wawka. Mais peut-être pouvons-nous creuser cette piste juste histoire d'en être certain ?

- C'est ce que j'allais proposer. Il nous faut interroger toutes les personnes susceptibles d'avoir été à Zul'Gurub ou dans la région avoisinante. Avec un peu de chance nous aurons plus d'informations.

- Le mieux serait de commencer par l'auberge et les voyageurs en partance par zeppelin. Suggéra Kanum.

- Bonne idée. Acquiesça Grumf.

Ils retournèrent donc à l'auberge et ne tardèrent pas à repérer une personne intéressante. C'était un orc en pleine discussion houleuse avec le patron des lieux. Ce qui avait attiré l'attention des quatre princes déchus c'était que la dispute semblait tourner autour d'une note que l'orc ne pouvait pas payer. Ce dernier semblait réclamer une ardoise, ce que l'aubergiste refusait.

- Excusez moi. Les interrompit Grumf. Je peux peut-être vous aider ?

- Qui t'es toi ? Le toisa du regard l'orc.

- Quelqu'un qui voudrait comprendre pourquoi vous ne pouvez pas payer tout de suite ce que vous devez ?

- En quoi ca vous regarde ?

- Disons que selon votre réponse vous pourriez m'aider et qu'en contrepartie je pourrais vous aider à mon tour.

- Dans ce cas... Il y a que je me suis fait voler tout ce que j'avais pu amasser comme richesse en allant risquer ma vie contre les fichus fanatiques de Zul'Gurub. Je ne peux même pas me payer un voyage de retour pour Orgrimmar alors comment payer un simple repas ?

- Vous n'aviez qu'à pas manger ici ! Rouspéta l'aubergiste.

- Mais il faut bien que je vive moi !

- Allons, allons, du calme. Savez-vous qui a put vous détrousser de votre magot ?

- Hélas, non. Mais c'est pourtant pas faute de les avoir pisté un bon moment. Ce dont je suis sur c'est qu'ils n'étaient que deux et c'était un troll avec un mort-vivant. J'ai arrêté de les suivre peu avant la frontière avec le bois de la pénombre. Je me demande ce que ces gredins sont allés faire chez les humains mais j'espère que les veilleurs leur sont tombés dessus, ca leur apprendra à ses salopards.

- Je comprend votre colère. Vous nous avez bien aidé mes amis et moi. Tenez, voilà de quoi régler la note ainsi qu'un aller pour Orgrimmar.

- Je ne sais pas comment vous remercier ! J'aimerais pouvoir vous rembourser.

- Considérez que c'est déjà fait.

Les Princes quittèrent l'auberge. Sitôt dehors, Grumf les rassembla.

- On a maintenant une piste fiable. Prochaine destination, le bois de la pénombre !

- Ce n'est pas qu'aller chez les humains me réjouisse, mais nous n'avons pas le choix si on veut les retrouver. Reconnu Xuther.

- Mais qu'est-ce qu'ils sont allés faire là-bas ces deux là ? Se demanda Kanum.

- On s'en fiche. Même s'ils étaient au milieu de Forgefer on irait les chercher. Motiva Coxi.

- Euh, sans moi. Frissonna Xuther rien qu'en pensant à tous les nains à l'intérieur de leur capitale creusée au cœur de la montagne.

- Aller ! En route ! Décida Grumf.

Pensant tous à Yonaïl qu'ils laissaient peut-être ainsi derrière eux, ils prirent la direction du nord. Même si ils avaient retrouvé l'espoir de retrouver Zerin et Wawka, ils savaient qu'ils suivaient une piste vieille de déjà plusieurs jours. Mais peu importait le temps que cela prendrait, ils avaient tous fait le serment d'aller jusqu'au bout.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 27.08.12 00:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 062
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 60 921
Moyenne de points: 2,43

MessagePosté le: 27.08.12 00:40    Sujet du message: Chapitre 7 (Debut) Répondre en citant

Par Reevenn
Lundi 20 août 2012120/08/Août/201218:09
Chapitre 7 (Fin)
Un serment que Haine s'était fait lui aussi et qui nous avait mené jusque dans les terres foudroyées. C'était un paysage ravagé par la guerre, à la terre aussi rouge que le sang qui y avait été versé et pourtant totalement stérile qui s'étendait jusqu'à l'horizon. Comme pour défier chaque être vivant osant arpenter ces terres, des orages magnétiques frappaient au hasard le sol de leurs éclairs. Difficile de croire que l'on pouvait y vivre.
Pourtant, une ville humaine, baptisée Rempart du néant, tirant subsistance grâce au commerce des ressources minérales extraient des montagnes marquant la frontière au nord avec le marais des chagrins, contrôlait ce pays.

Outre son climat et ses créatures allant du scorpion géant au dragon, les hommes devaient survivre au côté d'une des plus puissante tribu d'ogres venue avec la première Horde sauvage.
Mais la pire menace, sans doute aussi la seule raison à l'obstination des humains à vouloir garder une présence dans cette région, c'était l'imposante porte des ténèbres. C'était par elle que les orcs et les ogres, contrôlés par Kil'Jaeden le seigneur démon, étaient venus de Draenor pour dévaster Azeroth. Depuis, l'Alliance, comme la Horde, avait toujours gardé un œil sur elle, espérant qu'elle ait été fermée pour toujours.

Il fallait dire qu'à elle seule, la porte inspirait la peur. Taillée dans une roche noire, les yeux rouges de ses deux imposantes statues encrées dans les montants et représentants les cruels chevaliers de la mort, suffisaient à faire trembler le plus robuste des aventuriers.

Ils nous étaient encore impossible de l'apercevoir, car elle siégeait au fond d'un profond cratère que sa création avait provoqué. Mais cela n'était plus que l'affaire de quelques heures de marche en direction du sud. Je ne redoutait pas la porte depuis longtemps fermée, mais les démons qui la gardaient. C'était eux que Haine cherchait à présent. Il semblait persuadé qu'eux seuls pourraient déchiffrer les motifs sur le dos de Med'an. A vrai dire, moi même les en pensais capable.
Cependant, les démons étaient des créatures qui n'avaient qu'une seule vocation : tuer toute forme de vie différente de la leur n'ayant pas été soumise. Nous risquerions d'être mort avant même que mon voleur de corps n'ait eut le temps de poser la moindre question.

C'est sous un soleil accablant et la crainte d'être foudroyé par un orage magnétique que nous fîmes le reste du chemin jusqu'au bord du cratère. En bas, la porte, imposante et majestueuse malgré son origine maléfique, semblait vouloir nous défier d'approcher.

- Et maintenant ? Demanda Med'an.

- Il suffit de remuer la terre pour en faire sortir les insectes qui s'y cachent.

- Comment cela ?

- En d'autres termes, allons-y, quelqu'un viendra sans aucun doute à notre rencontre.

Et il ne s'était pas trompé. A peine une dizaine de mètres de pente parcouru, qu'un démon hérissé de piques et brandissant une énorme hache se rua sur nous après être apparu de nul part. Haine se plaça
devant le sang mêlé. Défiant le démon du regard, il tendit une main, lui ordonnant de faire stop. Mais le monstre n'en avait guère l'intention.

- Arrêtes-toi ou je tuerais chacun d'entre vous jusqu'à ce que Kazzak daigne m'écouter ! Le défia Haine en guise de dernier avertissement.

Mais cela n'eut aucun effet. Aussi Haine se prépara à l'affronter en adoptant la forme d'ombre qui le caractérisait tant. C'est alors que la bête stoppa nette sa course, laissant retomber le tranchant de la lame de sa hache sur le sol. C'était comme si elle venait de comprendre l'ordre donné par Haine l'instant d'avant.

- Pourquoi vous protégez sang-mêlé ? Grogna la bête.

- Ce ne sont pas tes affaires, où est ton maître ?

- Le maître va arriver, je l'ai appelé. Moi avoir cru vous hostiles et demandé aide.

- C'est une chance que sous forme d'ombre il vous prenne pour l'un des leurs. Murmura Med'an.

- Oui, mais je doute que Kazzak soit aussi dupe.

- Quoi vous dire ?

- Nous allons attendre ici. Est-ce que ce sera long ?

- Non, lui pas loin.

Quelques secondes après cette réponse, une masse imposante et sombre, passa au dessus de la crête sud du cratère. Des ailes immenses semblaient peiner à faire voler le démon qui les possédaient. C'est lourdement qu'il atterrit face à nous, faisant trembler la terre. Sa peau écailleuse était d'un orange vif, faisant ressortir ses yeux luisant d'un éclat vert, signe d'une puissance impie immense dormant en lui. Si sa taille comparable à la hauteur de la porte des ténèbres et ses deux longues cornes effilées suffisaient déjà à dissuader quiconque de le défier, son épée forgée dans un métal aussi noir que les ténèbres le rendait encore plus impressionnant. D'un simple geste, il aurait put nous expédier dans l'autre monde.

- Que faites-vous là ? Demanda-t-il d'une voie grave, profonde et menaçante.

- Je suis venue solliciter votre aide, puissant Kazzak. Répondit Haine.

- Pourquoi aiderais-je un misérable elfe de sang comme toi ? C'est étrange, je sens une grande force néfaste en toi... Mais il y a aussi une autre force... Qui es-tu donc ?

- Je me nomme Haine, seigneur. Et voici la personne qui est aussi la raison de ma venue jusqu'à vous.

Le démon se pencha pour observer Med'an, projetant son ombre sur nous.

- Un sang-mêlé ?

- Pas n'importe quel sang-mêlé. Il s'agit du fils de Medhiv en personne !

- Voyez-vous ca... Et en quoi cela diffère ?

- Tenez ! Lisez la page marqué.

Haine tendit le livre de Medhiv au démon. Mais sa taille l'empêchait de pouvoir le saisir sans le détruire immédiatement. Aussi, ce fut son sous-fifre qui s'acquitta de cette tache. Il lut à haute voie le passage indiqué, laissant sans voie le puissant démon.

- Je comprend mieux maintenant. Alors, comme ca mon maître Kil'Jaeden aurait laissé en lui un pouvoir ?

- Oui, sur son dos a été découvert des inscriptions étranges, mais il m'ait impossible d'en comprendre la signification. C'est pour cela que j'ai pensé que vous pourriez m'aider. Bien sur vous pourrez bénéficier de ce pouvoir autant que moi ensuite.

- Je ne suis pas du genre à traiter avec les mortels, mais étant donner ce qui se passe sur Draenor, et comme tu es un elfe de sang, je vais t'aider.

- Fantastique ! Mais dites ? Je croyais Draenor détruite ?

- En grande partie oui, mais plus tard. Voyons d'abord quel est ce pouvoir.

Les yeux du démon semblaient briller un peu plus. La quête de puissance étant leur seule raison de vivre outre celle de détruire, plus rien ne pouvait venir interrompre sa soif d'énergie.

Med'an, inconscient des risques pour lui, ôta sa chemise et exposa son dos. Kazzak porta la paume de sa main à un mètre environ de sa peau. Puis concentrant son énergie, faisant apparaître une sorte de halo verdâtre autour de sa main, il prononça quelques incantations démoniaques. Aussitôt cela eut pour effet d'activer les étranges signes sur le dos du sang-mêlé, provoquant également en lui une douleur épouvantable. Tandis qu'il criait, maintenu debout par Haine, Le seigneur démon examina longuement les motifs.

- C'est incroyable ! S'exclama-t-il soudain.

- Quoi donc ? Demanda Haine la voie emplie de curiosité et d'avidité.

- Je ne peux croire cela possible ! J'ai attendu si longtemps de pouvoir mettre la main sur un tel artefact ! Et avec cette formule, ca ne peut que réussir !

- Je ne comprends pas ? Est-ce la carte menant à un objet conférant une grande puissance ?

- Venez ! Il faut aller devant la porte !

Haine aida Med'an à marcher jusqu'à elle. Suivant les consignes de Kazzak il le laissa entre les deux montants et recula à bonne distance.

- C'est le moment de vérité ! Déclara le démon.

Il récita alors une incantation qu'il semblait avoir lu sur le dos du fils de Medhiv. Un incroyable spectacle se produisit alors. D'abord, les yeux des statues se mirent à rayonner d'un intense éclat rouge. Soudain, la lueur devint verte et des traits d'énergies rouges partant des piliers de pierre allèrent frapper Med'an, qui, dans un sursaut de conscience, tentait enfin de fuir. Mais en l'atteignant, les rayons le coupèrent nette dans son élan, le faisant à nouveau hurler toute sa souffrance. La magie était si forte qu'elle souleva le corps du malheureux jusqu'à le placer au centre de la porte. Puis, peu à peu, les rayons s'épaissirent jusqu'à se rejoindre pour ne former plus qu'un voile. Le vert de la peau du sang-mêlé laissa à son tour la place au rouge depuis les extrémités. Lorsque tout son corps fut enveloppé, une explosion projeta un large cône d'une lumière rouge vif intense, jusque dans la stratosphère ! Elle était si vive que Haine du protéger nos yeux avec notre avant bras. Lorsque la luminosité redevint normal, il le retira pour contempler le résultat.

- C'est fantastique ! Ca a marché ! Je dois aussitôt prévenir mon maître ! S'extasia Kazzak tout en admirant la porte à présent ouverte. Pour te récompenser elfe, je ne t'ôterais pas la vie comme je l'avais envisagé.

- Trop aimable. Répondit Haine, fixant le vortex qui reliait Azeroth aux restes de Draenor.

Le corps de Med'an avait disparu. Impossible de savoir si il avait succombé au sortilège ou si son corps avait été désintégré.

- Alors c'était ca ? Une clé pour ouvrir la porte. Réalisa mon voleur de corps. Je ne comprends pas ? Je devais trouver une arme ou une magie qui me permettrait de détruire le roi liche.

- Le roi liche ? Ne serais-tu donc pas un allié de Kael'Thas ?

- Que dis-tu ? Il serait en vie ?

- Bien sur ! Quelle question ! Il est au service de mon maître à présent, et avec Illidan, il contrôle ce qui reste de Draenor. Mais nous l'appelons l'outre-terre à présent qu'elle est sous notre gouverne. Maintenant je dois traverser pour préparer nos troupes à une nouvelle invasion de cette planète ! Adieu elfe !

Restant sans voie après tant de surprises, Haine observa l'imposant démon pencher la tête et resserrer ses ailes pour pouvoir passer la porte. Il disparu en un instant comme aspiré par le vortex.

- Voilà ou tout cela t'auras mené ! Lui fis-je alors remarquer. C'est ta folie qui va entrainer la perte d'Azeroth et les démons détruiront Arthas à notre place. C'est cela que tu désirais ?

- Silence ! Je n'ai fais que suivre mon destin et les signes qu'il m'a montré. D'ailleurs, il continu de m'indiquer la route que je dois suivre. N'as tu pas entendu Kazzak ? Kael'Thas, notre prince, il est vivant !

- Mais la soif de pouvoir l'a conduit à se lier aux démons ! Il n'est plus digne de régner sur notre peuple !

- Ca c'est ton point de vue. Je ne le partage pas. Au moins lui fait son possible pour acquérir une puissance assez grande pour pouvoir protéger notre peuple.

- Protéger ? Mais il sert Kil'Jaeden ! C'est un traître !

- Mais Kil'Jaeden, comme Illidan, veut la mort du roi liche autant que moi ! Je suis persuadé que si je parle de ma quête à Kael il comprendra et m'aidera et...

Il marqua un léger tant de réflexion.

- Voilà ! C'est ca ! S'exclama-t-il. C'est ca le bras dont mère parlait ! C'est celui de Kael'Thas ! C'est lui qui m'aidera et me donnera l'arme ! J'en suis convaincu !

- Tu ne peux pas faire ca ! C'est de la traitrise envers notre peuple et la Horde !

- Mon destin dépasse ce genre de détails.

- Détails !

- Il suffit ! De toute façon tu ne peux pas m'en empêcher, alors tais-toi ! Peut-être que Kael'Thas pourra me débarrasser de toi !

J'espérais que non, bien que mon inquiétude grandissait à mesure que Haine s'approchait de la porte pour la traverser.

Mais pour le reste du monde, le faisceau de lumière rouge qui avait été visible à plusieurs centaines de kilomètres était devenu la préoccupation prioritaire tant pour la Horde que pour l'Alliance.

Déjà, des messagers griffons décollaient de Rempart du néant en direction des grandes capitales de l'Alliance afin d'informer de la menace imminente de l'invasion. Plus au nord, c'était des wyvernes qui partaient de Pierrerêche pour avertir les chefs de la Horde.

Le monde tremblait déjà de voir débarquer la légion ardente pour dévaster une nouvelle fois Azeroth. Mais cette fois, la menace était repérée dès son apparition et l'espoir était donc permis. Une seule condition mettrait à l'épreuve cet espoir : la trêve entre l'Alliance et la Horde suffirait-elle pour que les deux factions acceptent de faire front commun contre les troupes démoniaques ?

**********

Toutes ces questions n'intéressaient pas Zerin, Wawka et Borchan. Il fallait dire qu'ils n'avaient pas vu le rayon lumineux depuis le marais des chagrins. L'épais feuillage et les montagnes au sud l'avait masqué tandis qu'ils n'étaient plus qu'à un quart d'heure environ de Pierrerêche. Ils avaient marché toute la matinée et comptaient se restaurer rapidement avant de prendre des wyvernes pour Grom'Gol, comme ils l'avaient prévu.

En entrant dans le petit village, ils furent surpris de voir autant d'agitations. Toutes les personnes en âge de se battre s'étaient rassemblés en ligne et avançait vers un soldat qui distribuait des armes amassées en un gros tas.

- Ma parole, on jurerait qu'on prépare une guerre ici ! Observa Borchan.

- Si c'est un entrainement, ils prennent vraiment les choses à cœur, mec. Plaisanta Zerin.

- Ce n'est pas un exercice ! L'interpella un garde qui les avait entendu. Vous n'êtes pas au courant ? Les démons arrivent !

- C'est quoi ce délire ? Ne comprit pas Wawka. Vous avez mangé toutes les plantes hallucinogènes de la région ou quoi ?

- Ce n'est pas une plaisanterie ! Les démons ont réussi à rouvrir la porte des ténèbres ! Leur expliqua l'orc.

- Une chance qu'on soit en mission alors, mec. Se réjouit Zerin. On aura pas à participer à cette guerre.

- Mais que fait l'Alliance ? Se demanda Borchan à voie haute.

- L'Alliance ? S'étonna le garde. Mais on s'en contre fiche ! La Horde seule peut intervenir !

Le chasseur sembla se retenir d'insulter l'orc.

- Et puis. Reprit le soldat. L'Alliance voudra surement résoudre le problème en détruisant la porte.

- Ou est le problème, mec ? C'est une solution simple et efficace pourtant.

- Si la porte c'est ouverte, alors c'est que celle de Draenor existe toujours. Nos ancêtres et frères orcs ont surement besoin d'aide pour les délivrer des démons.

- Si ils ne sont pas déjà tous mort. Souligna Wawka.

- Nous sommes un peuple fort ! Le défia du regard l'orc.

- Si une guerre arrive ici ils nous faut partir au plus vite. Interrompit Borchan. Ou peut-on louer des wyvernes ici ?

- Là-bas. Leur montra du doigt le garde. Mais je doute que vous puissiez en louer en ce moment.

- Nous verrons cela. Merci.

En effet, il ne tardèrent pas à constater que le soldat avait raison.

- Désolé mais nous sommes en état de guerre, toutes les wyvernes sont réquisitionnées pour des taches d'informations militaire. Leur expliqua le dresseur.

- Mais nous sommes en mission spéciale pour Thrall, mec ! S'énerva Zerin.

- Ce qui ne vous place nullement prioritaire, navré.

- Pas la peine d'insister. Comprit Borchan qui opposa son bras au troll sur le point de bondir au coup du dresseur. Allons manger quelque chose, si la nourriture n'est pas réquisitionnée elle aussi. Nous réfléchirons mieux le ventre plein.

- D'accord, mec. Se calma Zerin sans pour autant arrêter de fixer le dresseur d'un regard assassin.

Ils gagnèrent l'auberge désertée et durent appeler plusieurs fois avant qu'on viennent prendre leur commande.

- Désolé, on nous a demandé de faire un inventaire complet de nos vivres au cas ou nous serions assiégé. S'excusa l'aubergiste.

- Assiégé ? S'étonna Borchan. Ce village n'a même pas de remparts suffisants face à une armée de démons. Ce sera un massacre, pas un siège.

- Oui, euh, alors, qu'est-ce que vous prenez ? Leur demanda le patron d'une voix pas du tout rassurée.

Il prit leur commande et s'éclipsa en cuisine, les laissant seul. Il n'y avait aucun autre client. Dehors on distinguait le bruit de l'agitation. C'était comme une sorte de gros bourdonnement de cris et de bruits d'outils de travaux renforçant à la hâte fenêtres et murs.

- Si on avait su on serait allé directement à Grom'Gol à pied. Dit Wawka pour rompre le silence pesant de la pièce anormalement vide.

- Qui aurait deviné que les démons auraient rouvert la porte ? Fit remarquer Borchan.

- Personne, mec. Mais tout de même, la coïncidence est étrange vous ne trouvez pas ?

- Comment ca ? Ne comprit pas le chasseur.

- Vous ne vous souvenez pas de ce que nous avons vu à Karazhan ? Tout au sommet de la tour, on pouvait voir des lueurs démoniaque. Je pensais qu'elles pouvaient tout aussi bien être arcanique mais maintenant que j'y repense, c'était bien démoniaque.

- Et alors ? Demanda Wawka tout aussi perdu que l'orc.

- Et alors, mec, notre cible n'est-elle pas passée par Karazhan ?

- Mais le mage a dit qu'il cherchait surement Med'an. Lui rappela le mort-vivant.

- Peut-être. Mais cela fait maintenant plusieurs jours qu'il a dut quitter Karazhan, mec.

- Tu sous entends qu'il aurait déjà obtenu de Med'an ce qu'il voulait et n'y serait pas pour rien dans l'ouverture de la porte ? En conclu Borchan.

- C'est une possibilité, non ? En tout cas je trouve qu'elle mérite d'être vérifiée, vous ne pensez pas les mecs ?

- Je n'ai pas tout saisi mais si tu y tiens. Approuva Borchan. Tu as une idée pour vérifier cette piste ?

- Facile, mec. Si notre cible est allée à Undercity, pour aller jusqu'à la porte de ténèbres elle aura dut emprunter un zeppelin jusqu'à Grom'Gol, puis une wyverne jusqu'ici. Une personne comme lui ne sera surement pas passé inaperçue.

- Très bien, nous irons interroger le dresseur de wyvernes pour commencer. Mais d'abord, mangeons. Décida le chasseur en voyant l'aubergiste sortir de la cuisine avec des plats bien garnis et fumant dans les mains.

**********

Si l'annonce de la guerre semblait avoir ouvert l'appétit aux trois chasseurs de têtes, il n'en était pas de même pour Xuther, Kanum, Grumf et Coxi. Certes ils n'avaient pas encore appris l'inquiétante nouvelle, mais leurs estomacs étaient bien trop maltraités par leurs montures lancées à pleine vitesse sur la piste poussiéreuse. Denver, en tête de file, semblait peiner à tenir le rythme imposé par les grands canidés et le cheval démoniaque de Kanum.

Mais, même si les quatre Princes déchus devaient rattraper leur retard et que les loups, loués avec l'argent de la guilde, ne seraient pas de trop pour cela, la raison de leur course effrénée était toute autre...

Aussitôt qu'ils avaient gagné la grande piste qui allait du nord au sud de Strangleronce, ils avaient invoqué les montures, comme ils l'avaient prévu. Suivant la route vers le nord, ils ne s'étaient arrêté qu'un moment en atteignant le bois de la pénombre afin de choisir si ils devaient emprunter la route de l'est ou de l'ouest. Mais avant de pouvoir trouver une réponse cohérente, une patrouille de veilleurs les repéra, les obligeant à fuir à travers le sous bois. Par chance, les humains étaient à pied et ils avaient choisi l'est pour déguerpir.

Cependant, très vite, la végétation se densifia et ils durent ralentir la course en une simple marche pour ne pas risquer de finir assommé par une branche ou étranglé par une ronce. Autour d'eux, des bruits inquiétants leur rappela dans quel lieu ils avaient pénétré.

Après presque deux heures de marche paraissant interminables, Xuther décela des lumières au nord de leur position. Très vite, ils en déduisirent la proximité de Darkshire. Ce qui ne les mettait pas à l'abri d'être repéré par une patrouille. Même si ils ne savaient pas quelle destination prendre, ils devaient s'éloigner au plus vite. Toutefois, le village leur donnait un bon point de repère au milieu de la pénombre maléfique du sous-bois. Aussi, ils décidèrent de garder les feux en vue tandis qu'ils les contournaient.

Evidemment, en raisonnant ainsi ils finirent par atteindre la route pavée menant vers le défilé de Deuillevent. C'est là que Denver manifesta des signes d'intérêt pour le sol en commençant à le renifler frénétiquement.

- Tu as trouvé une piste ? Lui demanda son maître.

Ce à quoi le dinosaure répondit par un balancement rapide et horizontal de sa queue.

- Vas-y cherches ! L'encouragea le chasseur.

- Coxi ! Rappelles le ! Le supplia Grumf en voyant son compagnon en plein milieu de la route. Il va nous faire repérer !

Un petit sifflement suffit à faire comprendre à Denver qu'il devait revenir se cacher.

- Bien, maintenant nous sommes certain que Zerin et Wawka sont passés par là. Se réjouit le chaman. Et puisqu'ils ne peuvent pas être allé vers Darkshire nous irons vers l'est.

Ils n'auraient alors plus qu'eut à filer à dos de monture en suivant Denver si l'instant n'avait pas coïncidé avec le moment ou Kazzak faisait apparaître les motifs sur le dos de Med'an. Les surprenant tous, une vive lueur violette perça le sac en toile, pourtant épais, que portait Kanum !

- Eteins-ca ! Lui cria Xuther.

- Je ne peux pas ! Je ne la contrôle pas ! Lui expliqua Kanum paniqué.

- Fais quelque chose ! Implora Grumf.

- J'aimerais ! Mais je ne l'ai jamais vu briller avec une telle intensité !

- Je vais m'en charger ! Déclara Coxi tout en dégainant un de ses révolvers.

- Non ! L'arrêta Grumf juste à temps. Nous en avons besoin pour retrouver Reevenn !

Les cris des veilleurs attirés comme des insectes par la boule magique du démoniste parvinrent alors à leurs oreilles.

- Tout le monde en selle ! Ordonna le chaman. Fuyons !

Voilà la véritable raison à la course effrénée des Princes déchus. Ils n'avaient même pas remarqué le rayon de lumière rouge provoqué par l'ouverture de la porte des ténèbres, pourtant visible de là ou ils se trouvaient alors, tandis que l'œil de Kilrog s'éteignait enfin. Leur seul préoccupation était de fuir, même si en se retournant ils auraient vu que leurs poursuivants s'étaient arrêté depuis longtemps.
Si la patrouille, pourtant à cheval, avait stoppé sa pourchasse, c'était simplement parce que, elle, avait vue la sinistre lueur rouge.

Mais si ce signe n'avait pas été détecté par Grumf et ses compagnons de route, l'imminence du conflit ne tarderait pas à les rattraper.

**********

- Puisque je vous dis que je n'ai vu aucun elfe de sang atterrir ici depuis plusieurs lunes ! S'énerva le dresseur de wyvernes face à ses trois interrogateur. Je n'ai pas que ca à faire que de répondre à vos questions !

- Dans ce cas, mec. Insista Zerin. Vous n'avez rien remarqué d'étrange ? Ici ? Dans la région ? Un tout petit détail pourrait nous suffire.

- Ca ne vous aidera pas, mais si ca peut vous faire partir, il y a bien de cela pas plus tard que cette nuit, deux wyvernes en provenance de Grom'Gol sont arrivées sans voyageurs. J'ai cru que c'était un simple transport de matériel mais non, rien, aucun colis, pas même la moindre petite lettre.

- Et bah voilà c'était pas compliqué, mec ! Lui fit remarquer le troll.

Les deux voleurs et le chasseur se retirèrent pour débattre de cette nouvelle.

- Alors ? Demanda Wawka. On va à Undercity ?

- Mais t'as rien écouté, mec ! S'énerva Zerin. Il vient de nous donner la preuve que notre cible est bien passée par cette région !

- Mais pourquoi deux wyvernes ? Ne comprit pas Borchan.

- C'est simple, mec. Il y a deux possibilités. Soit c'était pour brouiller les pistes, soit Med'an était avec lui.

- Je voie. Et il aurait facilement pu sauter en plein vol sans risquer de se tuer grâce à sa magie. Réalisa le chasseur.

- Parfaitement, mec ! Et je parie que si nous prenons le chemin de la porte des ténèbres nous trouverons des empruntes fraiches de son passage !

- Et si c'est le cas, Beorn pourra identifier son odeur et flairer sa piste. Ce prêtre peut déjà faire ses prières !

- Et si on ne trouve pas de traces on pourra toujours aller à Undercity. Ajouta Wawka.

- C'est ca, mec. Mais je doute que mes déductions soient fausses. Faut vraiment que t'arrêtes de fumer ca t'embrume le peu de cervelle qu'il te reste, mec.

- Et toi...

- En route ! L'interrompit Borchan sentant une querelle futile poindre.

C'est ainsi que les trois complices se mirent en route à ma poursuite. Ils n'étaient plus loin de moi, ils le présentaient. Mais me rattraper ne serait pas aussi simple qu'ils pouvaient le penser. Il leur fallait franchir la porte...

**********

D'ailleurs rien ne disait que le groupe de Princes déchus mené par Grumf ne me rattraperait pas en premier. En effet, à dos de monture ils se déplaçaient bien plus vite. Ainsi, en fin d'après midi ils avaient déjà rejoins Pierrerêche.
Evidemment, comme Zerin, Wawka et Borchan, eux aussi s'étonnèrent de l'effervescence qui régnait dans le village. Il ne fallu pas longtemps pour qu'un soldat leur apprenne la nouvelle.

- C'est arrivé quand ? Voulu savoir Kanum.

- En fin de matinée, vers midi je crois. Répondit l'orc.

- Je m'en doutais ! Ca correspond parfaitement au moment ou mon œil de Kilrog a détecté une activité de Med'an.

- Tu veux dire que tout cela serait de sa faute ? Mais je le croyais à Undercity. S'étonna Grumf.

- Il faut croire que beaucoup de choses se sont passées entre le crash et maintenant. Réalisa Xuther.

- Bon sang, c'est ma faute ! Se souvint le démoniste. Il était à Grom'Gol, si prêt, j'aurais du savoir ! J'aurais pu l'arrêter et tout ca ne serait pas arrivé !

- Arrêtes ! Tu n'as pas à culpabiliser. Essaya de le calmer le chaman. Ce qui est fait est fait et tu ne pouvais pas deviner ses intentions.

- Peut-être, mais quand même, je m'en veux.

- Tu l'as dit toi même, Kanum. Ajouta Xuther. Tu n'es plus un chasseur des ombres, cela ne te concerne plus.

- C'est vrai, je l'ai dit. Reconnu le mort-vivant. Dans ce cas il ne me reste plus qu'à espérer que les démons seront arrêtés à temps.

- Pour ca je ne m'en fait pas. Assura Grumf. Il n'y a qu'à voir comment on se prépare ici. Imagines ce que ca doit être dans les capitales de la Horde et de l'Alliance !

- Ouai ! Qu'ils viennent ces démons ! Harangua Coxi en faisant tournoyer un de ses revolvers.

- Dites moi l'ami. Interpella alors Grumf le garde qui les avait renseigné. Vous n'auriez pas vu deux voleurs, un troll et un réprouvé, passer par ici récemment ?

- Si, pas plus tard que ce midi. Il y avait un orc avec eux. Un chasseur avec un ours.

- Tu crois que ce sont eux ? Se demanda Xuther.

- Ca me surprend moi aussi qu'ils puissent être accompagné, mais Denver nous a conduit jusqu'ici alors il faut croire que oui.

- Si vous les cherchez ils sont déjà parti. Raconta le garde. Et si vous ne les avez pas croisé alors c'est qu'ils ont pris la route vers les terres foudroyées.

- Bon sang ! C'est pour ca que Denver a hésité un instant au carrefour tout à l'heure ! Réalisa Coxi.

- Qu'est ce qu'on attend ? Pressa Xuther.

- Demain ! Déclara Grumf.

- Comment ca demain ? Mais il n'y a pas un instant à perdre ! S'impatienta le paladin.

- Je ne tiens pas à arpenter les terres foudroyées de nuit. De plus, nos montures sont fatiguées, il leur faut du repos. Quand à nous, si jamais nous devons nous frotter à des démons, mieux vaut être en forme.

- Je suis d'accord. Approuva Kanum.

- C'est vrai que la piste ne va pas s'effacer en une nuit. Pensa Coxi.

- Bien, puisque tout le monde est de ton avis Grumf, c'est d'accord, nous attendrons demain.

Sur cette conclusion, ils renvoyèrent magiquement leurs montures vers l'écurie d'Orgrimmar. Puis ils se dirigèrent naturellement vers l'auberge.

- Je suis en train de penser à quelque chose. Dit alors Kanum comme si de rien n'était. Vous croyez possible que Zerin et Wawka soient à la recherche de Med'an ?

- A mon avis c'est une coïncidence. Répondit Grumf. D'ailleurs Med'an était captif à Undercity lorsqu'ils ont reçu leur mission si je me souviens bien.

- C'est ce que je me disais aussi. Avoua le démoniste. Je me demande bien après qui ils peuvent courir comme ça ?

Mais son interrogation ne trouva pas de réponse. Le chaman venait d'ouvrir la porte de l'auberge, talonné par un Coxi pensant seulement à son estomac et par un Xuther uniquement désireux de pouvoir se débarrasser de la poussière accumulée pendant le voyage. Bientôt, leurs discussions ne parleraient plus que de la guerre imminente.


Revenir en haut
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 062
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 60 921
Moyenne de points: 2,43

MessagePosté le: 27.08.12 00:41    Sujet du message: Chapitre 7 (Debut) Répondre en citant

20/08/2012 18:13:14
Un nouvel article sur le blog reevenn.over-blog.com
Chapitre 7 (Fin)
Un serment que Haine s'était fait lui aussi et qui nous avait mené jusque dans les terres foudroyées. C'était un paysage ravagé par la guerre, à la terre aussi rouge que le sang qui y avait été versé…
Pour lire la suite cliquez ici


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:02    Sujet du message: Chapitre 7 (Debut)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> http://reevenn.over-blog.com -> texte de reeven Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation