La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Test de Rayman Origins, la plate-forme au sommet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 070
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 60 965
Moyenne de points: 2,43

MessagePosté le: 03.04.12 06:14    Sujet du message: Test de Rayman Origins, la plate-forme au sommet Répondre en citant

Après plusieurs déclinaisons mitigées, la série revient aux sources avec cet épisode en 2D rafraîchissant.
Voilà longtemps que Rayman n’a pas marqué les esprits. Entre épisodes moyens sur consoles portables et spin-off Lapins Crétins, la licence change d’orientation et semble oublier son passé. Fort heureusement, Rayman Origins reprend les éléments qui ont fait le succès de notre héros, les remettant au goût du jour sur nos consoles HD. Résultat garanti pour un jeu de plate-forme en 2D haut en couleur.


La clairière des rêves

Le jeu lancé, une véritable explosion colorée aguiche l’œil au premier contact : les tons agencés avec goût, les couleurs chatoyantes participent à la vivacité du rendu. La direction artistique est d’une qualité indéniable et on ne peut que s’extasier devant une réalisation aussi fine. L’impression saisissante d’évoluer à l’intérieur d’un dessin animé donne son sens à la haute définition. L'UBIart Framework (nouvel outil utilisé par les équipes d'Ubisoft Montpellier qui permet d'animer des illustrations dessinées à la main) fait des merveilles : les environnements nombreux et variés traversés au cours de l’aventure révèlent un travail approfondi, détaillé. D'ailleurs, le rendu crayonné des décors mais aussi des personnages rappelle les souvenirs nostalgiques du premier Rayman de 1995 ; c'est le sourire aux lèvres qu'on avance dans cet univers féérique retrouvé.



Si les tableaux sont très réussis, les personnages ne le sont pas moins. Les nombreuses mimiques de Rayman et ses amis (mais aussi des ennemis) amusent et charment. En effet, l'activité de ces derniers entraîne souvent des situations cocasses dans lesquelles on prend plaisir à les voir s'écraser par terre ou contre un mur, courir sur place, prendre des baffes, nager comme des dauphins, etc. Lorsque le personnage à l'écran se met en mouvement, l'animation s'intègre parfaitement à l'environnement. Cet ensemble compact et cohérent participe à l'immersion ressentie tout au long du jeu. Là encore, on s'émerveille : l'harmonie qui se dégage de la réalisation imprègne l'expérience de jeu, d'autant plus que cette osmose est utilisée dans les mécaniques de gameplay. Les mondes en mouvement deviennent parfois de véritables adversaires.




Simplement complexe

Bijou de simplicité et d'efficacité, le gameplay de Rayman Origins conviendra aux habitués de la plate-forme tout comme aux nouveaux venus. Les premières actions sont simples, sauter et s'accrocher, puis s'étoffent au fur et à mesure grâce aux fées qui offriront de nouveaux pouvoirs utiles dans les niveaux à venir mais aussi passés. Ainsi, le joueur progresse en même temps que le personnage car les zones proposent l'utilisation de chaque nouvel élément à bon escient. La construction très travaillée des niveaux laisse le joueur s'épanouir à travers le gameplay exploitant ce level-design bien pensé. Au final, on prend un malin plaisir à sauter, planer, rebondir, plonger, courir sur les murs... C'est donc un jeu intuitif, fluide et rapide. Toutefois, si l'aventure reste accessible les premières heures de jeu, l'exigence monte d'un cran par la suite.



En outre, la difficulté bien dosée du début permet une souplesse qui disparaît lors des dernières phases de jeu, contraignant le joueur à s'impliquer davantage. Cette montée en puissance progressive arrive à son paroxysme lors des tout derniers niveaux, véritables parcours du combattant où chaque seconde compte et où chaque erreur est fatale. La précision chirurgicale du gameplay est mise à profit dans ces moments intenses mobilisant réflexes, improvisation et timing. Parfois, la mémorisation des circuits par cœur est presque obligatoire pour arriver au bout. Citons également les courses contre les « coffrapattes » qui demandent le même entrainement. Seul, ces challenges relevés sont souvent plus difficiles, car fréquemment synonymes de mort à répétition, c'est pourquoi il est préférable d'être accompagné.







Dans la veine des productions plates-formes actuelles, Rayman propose de la coopération à quatre joueurs sur le même écran. Un ou plusieurs participants peuvent rejoindre la partie à tout moment, juste en allumant une manette. L'expérience prend une tournure différente pour peu qu'un seul joueur supplémentaire soit présent : la difficulté baisse alors considérablement puisque lorsqu'un coéquipier meurt, celui-ci se transforme en bulle et peut être réanimé. Les idées empruntées à des titres tels que New Super Mario Bros Wii, Little Big Planet, Sonic ou encore Earthworm Jim sont palpables ; ces inspirations diverses utilisées de manière intelligente donnent une identité propre à Rayman Origins. Certaines références explicites amuseront les joueurs attentifs, les autres se satisferont de l'humour omniprésent propre à Rayman.



Sans membres, sans défauts ?

Comptez une douzaine d'heures pour traverser les différents mondes une première fois, composés au total de plus d'une soixantaine de tableaux. Bien d'autres seront nécessaires pour délivrer tous les Electoons utiles au déblocage de costumes et de « coffrapattes ». Ces coffres coriaces contiennent les dents du gardien bloquant l'accès au monde des enfers : un niveau "caché" en quelque sorte, véritable fin du jeu. Pour les acharnés, nombre de secrets et passages cachés sont dissimulés en plus d'un mode chronomètre permettant de refaire à toute vitesse chaque zone du jeu. Une durée de vie conséquente, donc, appuyée par un potentiel de rejouabilité important.



Malgré toutes ses qualités, le jeu n'est pas exempt de défauts. De temps en temps, la caméra s'éloigne trop des personnages avec pour conséquence un résultat brouillon, notamment pendant les combats contre les boss. Les musiques, quoique agréables et amusantes (surtout lorsqu'elles reprennent des thèmes connus), deviennent parfois agaçantes à force de répétition. Autre grief, les personnages ne se valent pas tous (Rayman et Globox sont plus plaisants à jouer que les Ptizêtres), tandis que l'aventure en solo est faussement accessible à cause d'une difficulté plus grande. Mais ces défauts s'éclipsent rapidement face à la qualité intrinsèque du jeu.


Le cas de la version PC

Distribué fin novembre 2011 sur PlayStation 3 et Xbox 360, Rayman Origins aura donc pris tout son temps avant de débarquer sur nos PC. Heureusement, Ubisoft ne se moque pas du monde et cette adaptation Windows devrait réconcilier nombre de joueurs avec le genre de la plateforme. En dehors d'une offre de précommande qui permet d'obtenir Rayman 2 gratuitement, le contenu de Rayman Origins est rigoureusement identique à ce que propose la mouture console. De fait, c'est plutôt sur le plan technique que l'on cherche des différences... que l'on peut d'ailleurs chercher longtemps ! Compte tenu de la réussite graphique du jeu sur console, Ubisoft n'a pas jugé bon d'apporter de réelles modifications sur PC... en dehors de l'inévitable montée en résolution qui affine déjà considérablement les choses : la mouture Windows est de fait la plus jolie du lot.

Les habitués regretteront donc qu'il ne soit pas possible d'activer / désactiver les filtres d'anticrénelage ou la synchronisation verticale, mais Rayman Origins n'est pas un FPS et ces options s'avèrent d'autant moins indispensables que la version PC du jeu n'est pas gourmande. L'ensemble est parfaitement fluide en toute circonstance et même lorsque quatre joueurs se retrouvent. Petit regret, la prise en charge du 3DVision - pas encore officielle sur les pilotes NVIDIA - est imparfaite. Elle reste activable et l'impression de profondeur est au rendez-vous alors que l'utilisation de plusieurs plans - déjà visibles sur console - est encore plus efficace. On déplorera l'apparition d'une sorte de « fantôme » autour des personnages : il est peu visible, mais il serait bon qu'une solution soit trouvée pour profiter encore plus intensément de cette adaptation PC très réussie ! Noter enfin qu'aucun DRM ne vient gâcher la fête et, pour protéger son jeu, Ubisoft a simplement eu recours au numéro de série à entrer à l'installation.


Conclusion
Rayman Origins tient le pari de réunir joueurs de tout bord, petits et grands, famille et amis. Tout le monde y trouvera son compte, à des degrés différents, mais chacun y prendra un grand plaisir. Jouissif, beau à en pleurer, le titre d'Ubisoft est une véritable petite perle qui trouve sa place au milieu des gros jeux de fin d'année. Rayman, Globox et les Ptizêtres reviennent en fanfare alors qu'on ne les attendait plus. Du plaisir, beaucoup de plaisir.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 580. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 8800.

Tellement + sur JeuxVideo.fr : Test Rayman Origins (Xbox 360, PS3, Wii, PC) : 9/10 sur JeuxVideo.fr http://www.jeuxvideo.fr/jeux/rayman-origins/preview-test-rayman-origins.htm…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03.04.12 06:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation