La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Test de Total War Shogun 2 : la Fin des Samouraïs

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 181
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 61 499
Moyenne de points: 2,44

MessagePosté le: 26.03.12 12:23    Sujet du message: Test de Total War Shogun 2 : la Fin des Samouraïs Répondre en citant

Avant de tourner définitivement la page des Samouraïs, The Creative Assembly nous propose de revivre l'affrontement Empereur / Shogun du milieu du XIXe siècle.
Presqu'un an jour pour jour après la sortie de Total War : Shogun 2, les Anglais de The Creative Assembly remettent le couvert avec Brio... Non, ils sont toujours partenaires de SEGA, mais disons qu'ils poursuivent leur saga nippone avec une certaine Élégance... Euh oui, elle est jolie l'attachée de presse du studio, mais là n'est pas la question ! Bref, The Creative Assembly revient et n'en a pas totalement terminé avec le Japon Médiéval. Histoire de finir en beauté son épopée, le studio anglais nous invite à découvrir la guerre de Boshin qui opposa les forces loyales à l'empereur Meiji et celles proches du shogunat d'Edo... La Fin des Samouraïs qu'on vous dit !


Restauration d'Empire

Avant même le lancement du jeu, petite surprise. Alors que l'Essor des Samouraïs avait été l'occasion d'un DLC payant pour Total War : Shogun 2, cette Fin des Samouraïs se suffit à elle-même. Selon les développeurs, il s'agissait de ne pas forcer la main des joueurs... SEGA commercialise donc cette extension (30 euros) sous la forme d'un standalone que l'on achète sans nécessairement posséder le jeu de base. En dehors du seul aspect financier, cette décision n'est pas mauvaise dans la mesure où la philosophie de la campagne est sensiblement différente. On s'en souvient, Shogun 2 se focalisait sur la conquête du Japon dans son ensemble alors qu'avec la Fin des Samouraïs, notre objectif est la victoire du camp que l'on soutien : Empereur ou Shogun, Meiji ou Tokugawa.

Dans les faits, les choses ne seront évidemment pas aussi simples que cela et la campagne solo de la Fin des Samouraïs ne se limitera pas à cet affrontement binaire. En début de partie, au travers du choix de son clan (parmi dix disponibles), le joueur doit prendre position entre l'Empereur et le Shogun, mais de nombreux autres clans ne se sont pas prononcés. De fait, toute une partie du travail du joueur sera de convaincre ces indécis... soit par la voie des armes, soit par celle de la diplomatie. Nous reviendrons évidemment sur l'art de la guerre un peu plus tard, mais pour ce qui est de la négociation, The Creative Assembly a imaginé deux nouveaux agents, l'Ishen Ishi (côté impérial) et le Shinsengumi (côté shogunat) : spécialistes de la propagande, ils aident à répandre la « bonne parole » chez nos voisins !




Occidentalisation des combats
En ce sens, ils sont d'ailleurs aidés par la Geisha que ses nouvelles capacités ont rendue plus à même de convaincre les agents adverses du bien-fondé de ses idées. Il en va de même pour le Ninja : il n'est pas nouveau, mais modifié depuis Shogun 2. Enfin, petit dernier sur la liste des agents de Fin des Samouraïs, le Vétéran Étranger illustre parfaitement l’ambiguïté de la position japonaise à cette époque. Alors qu'il n'est guère accepté par la population, cet agent spécialisé dans l'entraînement des troupes est disponible pour les deux factions en présence. Il ne faut effectivement pas voir la guerre de Boshin comme le combat du progrès scientifique contre l'obscurantisme, de la modernité contre le traditionalisme et The Creative Assembly a tenté de bien rendre cet aspect très particulier de la société japonaise du milieu du XIXe siècle.



Du coup, il n'est pas question de réserver le Vétéran Étranger à la faction la plus « ouverte » ou les armes à feu à la faction la plus « technophile ». Que l'on soit du côté de l'Empereur ou du Shogun, nous pouvons profiter des avantages de ces nouveautés, mais aussi des problèmes qui y sont liés. C'est ainsi que des technologies occidentales telles que la Gatling ne seront guère appréciées par la population, aussi efficaces soient-elles ! Se tourner vers ces nouveautés augmente donc le mécontentement dans nos provinces et peut conduire à la révolte. Il est possible de stationner des troupes pour mater ces rébellions ou de construire des bâtiments traditionnels pour éviter le rejet massif de la technologie occidentale, mais tout cela a un coût et ce sont autant de moyens détournés du champ de bataille.


Des armes à feu sur le champ de bataille

Le champ de bataille, nous y arrivons... Vous vous doutez bien que les 400 ans qui séparent la Fin des Samouraïs de Total War : Shogun 2 ont été l'occasion de quelques changements d'ordre militaire et ces changements se ressentent très tôt dans la partie. Pour faire simple, disons ainsi que l'on commence cette extension là où se terminait le jeu de base : les technologies « armes blanches » les plus avancées sont en notre possession et nos troupes découvrent les armes à feu. Pour autant, il ne faut pas croire qu'il n'y a plus rien à faire côté armes traditionnelles. Tout d'abord, celles-ci s'avèrent encore très efficaces pour tendre des embuscades, répondre aux charges de cavalerie, tenir certaines positions ou au corps-à-corps. Mais surtout, quelques progrès notables peuvent encore être faits pour améliorer par exemple leur résistance.

Cela dit, le gros morceau du jeu reste bien sûr l'intégration des troupes dotées d'armes à feu et en ce sens, les développeurs ont intégré 39 nouvelles unités terrestres allant du simple fusilier en passant les puissants canons Armstrong ou l'inévitable Gatling. Dans ces deux derniers cas, on remarquera l'intégration d'une surprenante vue à la troisième personne qui permet carrément de viser / tirer sur l'ennemi : techniquement parlant, ce n'est pas mal fichu, mais on doute vraiment de l'intérêt d'une telle option dans un Total War ! On préfèrera retenir l'ajout de certaines unités étrangères comme les Royal Marines britanniques ou le Corps des Marines américains... Des troupes qui changent largement la physionomie des affrontements !






Les nouvelles technologies (poudre, chemin de fer) bouleversent complètement les stratégies


Refonte maritime majeure
Histoire d'enfoncer le clou et pousser les joueurs à revoir leurs stratégies, les développeurs ont augmenté la limite d'unités à emmener sur le champ de bataille : on double tout bonnement les choses avec 40 unités contre 20 auparavant. Mais ce n'est pas tout puisque s'y ajoutent des unités maritimes de soutien. Sous la forme de canonnières, des bateaux peuvent être appelés en renfort durant une bataille terrestre. Le joueur peut demander un tir de soutien... Reste à voir si l'option ne va pas être modifiée, car elle nous a semblé trop puissante pour qui la maîtrise : il existe effectivement un décalage entre la demande et le tir effectif, mais les dégâts sont redoutables ! Heureusement, cette option est limitée en nombre d'utilisation, mais le fait que l'IA soit incapable de s'en servir déséquilibre un peu les choses.



Cela dit, le plus important pour les amateurs de navires se situe plutôt au niveau des combats en mer. Comme les développeurs l'avaient promis, ces derniers sont effectivement les plus aboutis jamais proposés dans un Total War... Il n'y avait pas de mal diront les vétérans de la série ! La variété nouvelle des bateaux présentés (21 différents) et les progrès technologiques rendent ces combats plus intéressants, plus vivants, mais aussi plus permissifs : en ce sens, la bataille ne se joue pas sur les premiers ordres donnés et il semble possible de se remettre de quelques mauvaises décisions. Pour autant, on reste encore loin de la richesse tactique des affrontements terrestres et ce n’est pas encore aujourd'hui que l'on aura un vrai Total War at the Sea.


Une campagne de longue haleine

Heureusement, la Fin des Samouraïs ne joue pas son va-tout sur le terrain des batailles navales. Nous l'avons dit, les combats terrestres profitent de l'intégration d'une flopée de nouvelles armes alors que le modèle développé pour Total War : Shogun 2 était proche de la perfection. De son côté, la campagne gagne en cohérence grâce à un resserrement du contexte historique : une année calendaire est maintenant découpée en 24 tours de jeu et la traversée du pays ne demande plus des mois de marche ! De la même manière, les bonus saisonniers ont un impact à plus long terme en ce sens qu'ils durent plusieurs tours de suite.... et nous ne parlons même pas du bouleversement entraîné par l'apparition du chemin de fer dans l'archipel !

Sur le papier, comme dans la pratique, toutes ces nouveautés sont excellentes et il n'y a guère de raison d'en vouloir à The Creative Assembly... Un doute subsiste toutefois du côté des modes de jeu multi. En théorie, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et l'intégration de 4 nouveaux affrontements historiques ou les nouveaux accessoires pour les avatars sont de bon augure. Seulement voilà, malgré les patchs successifs, Shogun 2 ne brille pas par sa stabilité en multijoueur et on ne peut pas dire que l'enrichissement du jeu ou sa gourmandise renouvelée (par l'augmentation du nombre d'unités) soient de nature à nous rassurer. Nos quelques essais n'ont pas été l'occasion de désynchronisations particulières, mais nous sommes loin d'avoir eu le temps de tester sur la durée...


Conclusion
Fidèle à sa réputation, The Creative Assembly nous propose une Fin des Samouraïs parfaitement ciselée. Les amateurs de gestion / stratégie devraient être aux anges alors que les nouveautés - bien réelles - justifient pleinement la mise en place d'un standalone. Améliorations technologiques, renouvellements stratégiques, augmentation sensible du nombre d'unités impliquées, amélioration des batailles navales sont autant d'éléments qui jouent en faveur de cette extension et seuls quelques esprits chagrins regretteront un prix peut-être un peu élevé (30 euros) alors qu'il ne s'agit pas tout à fait d'un nouveau jeu.

Test réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 580. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 260.


Tellement + sur JeuxVideo.fr : Test Total War : Shogun 2 - La Fin Des Samouraïs (PC) : 9/10 sur JeuxVideo.fr http://www.jeuxvideo.fr/jeux/total-war-shogun-2-la-fin-des-samourais/previe…











Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 26.03.12 12:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation