La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Test de jeu / PS3 / Twisted Metal

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 062
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 60 921
Moyenne de points: 2,43

MessagePosté le: 17.03.12 02:50    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / Twisted Metal Répondre en citant

La série Twisted Metal est aussi vieille que la marque PlayStation. Le premier épisode, dont David Jaffe s’occupait déjà en tant que game designer, a accompagné le lancement de la première console de Sony en Europe et aux Etats-Unis entre 1995 et 1996. C’était durant nos bonnes vieilles années 90, quand les jeux vidéo n’avaient pas d’autre mission que de divertir. Le fun était au rendez-vous dans cette espèce de Destruction Derby du futur, les véhicules ajoutant à leurs carrosseries des missiles et des bombes pour pulvériser leurs adversaires.

Rapidement, le succès a transformé le simple jeu en une série, les épisodes s’enchainant avec plus ou moins de talent. Toutes les machines de Sony ont eu le droit à leur version, y compris la PlayStation Portable et la PlayStation 2, et on espère bien que la PlayStation Vita y goutera un jour. La licence a également ouvert la voie à quelques copies comme Vigilant 8 ou Rogue Trip sur PSone. Malheureusement pour les fans, le genre « destruction automobile » est un peu tombé en désuétude durant les années 2000. La surprise fut donc encore plus grande quand David Jaffe en personne est venu annoncer un reboot PS3 lors de l’E3 2010. Et quand le créateur revient aux commandes, la recette est encore meilleure !Plaisirs solitairesBien que principalement destinée à des affrontements en multijoueurs, la série Twisted Metal a toujours pris soin de proposer un mode solo pour les sans-amis. Ce nouveau volet n’échappe pas à la règle et offre trois mises en bouche solitaires avant le grand bain de l’affrontement contre des humains : un mode entrainement bourré de trucs et astuces utiles et de tutoriaux, un mode Défis s’approchant du survival et un indispensable mode Histoire.




On se tourne rapidement vers le mode Histoire qui explique sur six stages (le dernier étant surtout un boss) les motivations des trois principales têtes d’affiche de la saga : le clown tueur en série Sweet Tooth, la malheureuse Doll Face et le macabre M. Grim. David Jaffe n’a rien perdu de sa maitrise de la mise en scène quand il s’agit de s’apitoyer sur des âmes en peine grâce à des cinématiques sombres tournées avec des acteurs et en français à l’oreille. Ils participent tous les trois à Twisted Metal, un tournoi mortel lancé par Calypso, un organisateur mystérieux qui promet au gagnant de réaliser le vœu de son choix, même l’impossible. Une intro, un interlude et une conclusion suffisent à préférer un des personnages et à soutenir son clan plus tard en mode multijoueurs.

Le principe du tournoi est simple : détruire tous les véhicules présents dans la zone pour passer à la suivante et atteindre Calypso. Sur les 17 véhicules que compte le jeu, le mode Histoire nous restreint aux sympathisants du clan que l’on sert. Cette réduction d’effectif est compensée par le choix de trois véhicules par niveau, l’intérêt étant de changer de machine en pleine partie au premier garage croisé. Cela permet de varier les plaisirs et surtout, de faire réparer son engin avant le game over fatidique. Les véhicules phares de la série répondent présent, avec les attaques spéciales (primaires et secondaires) chères aux fans. Il y en a pour tous les goûts : voiture, moto, fourgonnette, hélicoptère, ambulance, camion, corbillard (…) chacun avec ses caractéristiques (blindage, vitesse, puissance). Une variété appréciable et physiquement modifiable dans l’atelier de peintures et de stickers.

Une fois la partie démarrée, on retrouve le plaisir simple des gros jeux d’action des années 90. On roule à tombeau ouvert dans les rues, défonçant les véhicules civils qui osent croiser notre route, écrasant les passants qui ont le malheur de se retrouver sur notre chemin. On traverse des vitrines, on explose des bâtiments et on fonce sans retenue sur sa proie le doigt appuyé sur le bouton de tir. La joie infantile, primaire, de tout détruire autour de soi sans retenue. L’interaction poussée avec le décor renforce le sentiment d’être acteur de l’apocalypse alors que la réalisation de haute volée plonge l’écran dans un déluge de flammes. Twisted Metal est par moment un beau bordel mais un bordel jouissif, difficile et diablement fun.




Le faible nombre de niveaux est contrebalancé par la qualité de ces derniers. De taille carrément dodue, ces huit zones ouvertes possèdent toutes un petit plus qui fait la différence : des villes, des arènes piégées, des arènes flottantes, un Jaggernaut qui libère de nouveaux véhicules dans la zone, des patinoires de glace impraticables… Au final, même si on aurait voulu en avoir encore plus, elles offrent des architectures suffisamment différentes pour toutes les apprécier.

2012 oblige, les développeurs ont incorporé quelques nouveautés bien pratiques dans le feu de l’action. Outre les nouvelles armes, on retrouve une jauge auto-rechargeable en bas à gauche de l’écran qui sert à déclencher l’une des trois options de la croix directionnelle : poser une mine, lancer un missile gelant l’adversaire et utiliser un bouclier. Le turbo est complété d’un super turbo si l’on tire la manette vers soi grâce à la reconnaissance de mouvements de la Sixaxis. L’arme embarquée de chaque véhicule peut être remplacée par d’autres armes à gagner (Uzi, Magnum, Roquettes) et l’attaque spéciale se recharge d’elle-même, ce qui en fait l’arme la plus utilisée. Les commandes proposent trois configurations possibles afin que chacun y trouve son compte. On peut même tirer en arrière en bidouillant un peu. Cette ouverture vers le joueur se voit également dans la musique du jeu, que l’on peut remplacer par les sons de sa playlist
Equipé pour le multi-jouirComme cité plus haut, Twisted Metal prend toute son ampleur en multijoueurs. Et comme dans le temps, les gars de Eat, Sleep, Play ont eu la bonne idée d’inclure un mode multijoueurs en écran-splitté. Toujours fluide et lisible (à deux au moins, à quatre c’est une autre histoire), le coude à coude permet de s’affronter dans des matchs à mort ou de coopérer sur le mode Histoire. Compte tenu de l’acharnement de certains ennemis, se faire la campagne scénarisée à deux n’est pas une mauvaise idée et devient pratiquement indispensable dans les modes de difficulté les plus élevés. C’est d’ailleurs dommage de ne pas pouvoir faire la campagne à deux en ligne mais simplement à la maison...




Le jeu gère également les parties en LAN, histoire de se faire des nuits « jeu en réseau » dans le sous-sol de la maison le samedi soir. Dans ce cas-là, l’hôte pourra paramétrer des parties de Deathmatch en chacun pour soi ou en équipes, des parties Dernier homme debout (nombre de résurrections limité) en chacun pour soi ou en équipes et des parties de Chasse dans lesquelles une proie est traquée par des chasseurs, l’assassin devenant à son tour la proie. Pour ce mode, l’intérêt d’être la proie vient du multiplicateur de score quand on est la cible.

Le mode le plus novateur est le mode Bombe Nucléaire. Particulièrement marrant, ce dernier consiste à traquer le leader de l’équipe adverse dans le niveau (un humain, pas un véhicule), à le kidnapper, à le trainer derrière son engin jusqu’à un autel sacrificiel prenant la forme d’un lanceur de missile. Ce sacrifice déclenchant l’envoi d’une frappe nucléaire sur le robot adverse, symbole de la toute-puissance du clan opposé. Plusieurs bombes sont nécessaires pour faire s’effondrer le mécha. Les autres participants pendant ce temps-là doivent défendre leur chef. Grossièrement ça ressemble à un mode Capture de drapeau mais avec une dimension violente et spectaculaire bienvenue.

Enfin, comment faire l’impasse sur le mode en ligne? Et bien c’est simple, il suffit de ne pas avoir de pass-online ! Oui, le jeu de Sony succombe à la mode du passe en ligne et il vous faudra obligatoirement un code valide pour affronter le monde. Si c’est le cas, les portes du paradis de la taule s’ouvrent devant vous. Une partie rapide en ligne fera le bonheur de ceux qui veulent humilier du menu fretin sans perdre de temps. Le jeu sélectionne aléatoirement la partie la plus imminente dans les modes Deathmatch, Dernier homme debout, Chasse à l’homme et Bombe Nucléaire, aussi bien en solo qu’en équipe.

Ceux qui veulent s’investir pourront partir sur des créations de clans (parmi cinq : Clowns, Doll Face, M.Grim, Skulls et Holly Men) et se lancer de parties réunissant jusqu’à 14 fous furieux. Les modes sont les mêmes qu’en LAN à la différence près qu’il est techniquement possible de jouer à deux en écran splitté en ligne (attention au lag !) et qu’un système d’expérience récompense les plus acharnés. Avec seulement trois voitures au départ, il faudra lutter pour déverrouiller les autres véhicules ainsi que des bonus offensifs, défensifs, de nouvelles armes équipées et des packs de peintures. Notez que terminer le mode Histoire dans les modes de difficulté les plus élevés vous donne aussi quelques bonus utilisables en multijoueurs, notamment un engin blindé. L’ensemble est suffisamment fréquenté et bourré de statistiques pour y passer des heures même si encore une fois on regrette que le mode Histoire ne soit pas jouable en ligne et qu’hormis le mode Bombe Nucléaire les autres n’ont rien de particulièrement novateurs.




Terminons ce test sur deux notes positives : le jeu est trouvable en Fnac.com pour à peine 40 euros neuf et les premières copies contiennent un code pour télécharger Twisted Metal : Black sur le PlayStation Store. Ce volet PlayStation 2, réussi mais sous-estimé en France, est proposé dans sa version d’origine, sans modification graphique ni prise en charge du mode réseau de l’édition online. Mais bon, on ne va pas commencer à refuser les cadeaux !

test écrit par Vincent


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 17.03.12 02:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation