La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum


Test de jeu / PS3 / FIFA Street

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 183
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 61 510
Moyenne de points: 2,44

MessagePosté le: 17.03.12 02:49    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / FIFA Street Répondre en citant

Après SSX il y a deux semaines, Electronic Arts s’attaque aujourd’hui à un autre fleuron de son ancien label EA Sports Big. Et comme pour le reboot de la série consacrée au snowboard, l’éditeur semble avoir opté pour une approche plus sérieuse, moins déjantée que celle du jeu d’origine. L’austérité de ce FIFA Street nouveau met-elle définitivement un terme aux matchs explosifs de ses prédécesseurs ?

Est-ce lié au contexte économique mondial morose qui déteint sur les développeurs, ou à une volonté d’EA de rendre ses titres un peu plus réalistes ? Toujours est-il que le FIFA Street qui nous intéresse aujourd’hui délaisse le côté exubérant de ses prédécesseurs et se rapproche nettement de la vraie expérience du foot de rue : un parti pris qui réjouira sans doute les amateurs du genre mais qui risque de rebuter les joueurs à la recherche d’un fun immédiat…Un peu de sérieuxLa première preuve du revirement de la série réside dans la modélisation des joueurs, bien plus précise qu’auparavant : alors que le tristement célèbre FIFA Street 3 avait opté pour des stars « super-déformées », sa suite prend le parti d’afficher des sportifs aux proportions réalistes. Le jeu bénéficiant de la licence FIFA il nous offre ainsi des joueurs célèbres immédiatement reconnaissables, même si les détails de leur modélisation sont uniquement visibles sur les ralentis : la caméra latérale utilisée par défaut est en effet placée relativement loin du terrain durant les matchs, ce qui ne permet pas toujours d’identifier les joueurs au premier coup d’œil. Une caméra alternative est disponible, qui nous montre l’action d’un peu plus près dans l’alignement du terrain, mais elle se révèle moins pratique pour construire son jeu.




Autre nouveauté flagrante, la gestion des collisions directement tirée de FIFA 12. Il faut dire que le studio aux commandes du nouveau FIFA Street est celui d’EA Canada, aussi en charge de la mythique série de l’éditeur. Rien d’étonnant donc à ce que l’on retrouve le fameux Impact Engine dans le titre qui nous intéresse aujourd’hui, son utilisation permettant une simulation bien plus crédible des contacts entre les joueurs. Et lorsque l’accent est mis sur les « un contre un » à coups de tricks, il vaut mieux que cet aspect soit convaincant !

Les matchs qui vous attendent font en effet la part belle aux exploits individuels lors de duels entre vos joueurs et ceux de l’équipe adverse : s’il est important de passer le ballon au bon moment pour créer des ouvertures, vous aurez bien souvent à vous mesurer directement à un vis-à-vis, dans la grande tradition du foot de rue.Accessible mais profondLogiquement on retrouve la gestion des tricks au stick droit façon FIFA 12, si ce n’est qu’ici le nombre des figures disponibles est nettement rehaussé : vous aurez en effet droit à 5 tricks de base et à 28 tricks spéciaux qui vous permettront de vous défaire de vos adversaires. Si le stick est toujours mis à contribution, vous aurez aussi à effectuer des combinaisons avec R3 et L1, ce dernier bouton servant par ailleurs à effectuer des passes avec classe. Sachez aussi que R1 vous permettra à tout moment d’initier un jongle, dont vous pourrez profiter pour enchaîner sur différentes figures ou lober votre vis-à-vis.




Mais le bouton qui sera le plus sollicité durant les matchs est sans aucun doute L2, affecté au Contrôle Street : alors que vous êtes en attaque, il vous permet de faire face à un adversaire et de déplacer le ballon d’avant en arrière, ou bien de gauche à droite, tout en restant sur place. Une manœuvre qui permet non seulement de protéger le précieux mais aussi d’humilier le défenseur en plaçant une accélération au bon moment avec R2, pourquoi pas en réalisant un petit pont !

En défense, les options sont moins fournies : Croix sert à faire le pressing, Rond et Carré à tacler et… voilà tout ! Les face-à-face consistent donc à tacler au bon moment pour éviter de se faire passer, sachant que le bouton L2 peut être mis à contribution pour serrer les jambes et ainsi contrer tout projet adverse de petit pont.

Manette en main le gameplay s’appréhende en seulement quelques minutes, mais il faudra de longues heures pour réussir à sortir le bon trick au bon moment. Il faut dire que les développeurs n’ont pas jugé bon d’inclure un vrai tutorial permettant de maîtriser les différentes figures, et l’on doit donc se contenter d’une Arène d’entraînement pour faire ses armes. Des exercices de perfectionnement façon Street Fighter IV n’auraient sans doute pas été de trop !

Ceux d’entre vous qui connaissent bien les précédents épisodes de la série sont probablement surpris de ne pas avoir encore entendu parler du Gamebreaker, ce super-tir qui permettait de marquer quasiment à tous les coups, et dont l’utilisation était conditionnée au remplissage d’une jauge par la réalisation de tricks. L’explication est simple : le système a purement et simplement disparu ! Certes les joueurs étaient relativement partagés à son sujet, lui reprochant de rendre les rencontres trop faciles, mais il faut bien reconnaître que son absence enlève encore une dose de fun à une recette déjà un peu trop sérieuse à notre goût.




Mais au final le seul vrai problème du nouveau FIFA Street réside dans l’intelligence artificielle des partenaires, et plus particulièrement dans celle du gardien. Si l’on regrette que nos équipiers ne soient pas plus prompts à lancer des appels en attaque, on est surtout surpris par le comportement du portier qui peut parfois rester immobile alors que le ballon traîne à un ou deux mètres de lui : évidemment nos adversaires en profitent généralement pour planter un but, et l’activation manuelle du gardien (Triangle) ne permet pas toujours de remédier au problème.

On pourra aussi pester contre les phases de défense qui semblent parfois nous donner le gain du ballon un peu aléatoirement sur un tacle, ce dernier phénomène pouvant toutefois être largement atténué par une bonne gestion de l’évolution de ses joueurs.

Une équipe évolutiveCar vous n’aurez bien évidemment pas accès à l’ensemble des tricks dès votre première partie : non, il vous faudra pour cela disputer de nombreux matchs, et accumuler les points de style qui vous feront peu à peu monter de niveau. A chaque étape franchie des points de compétence peuvent alors être dépensés, qui vous permettent de débloquer des tricks ou d’améliorer vos performances. Vous ferez ainsi grimper peu à peu vos attributs de physique, défense, dribbles, gardien, passes et tir, les effets de ces améliorations se faisant immédiatement sentir sur le terrain : de bonnes stats en défense vous permettront de réussir vos tacles plus souvent, alors qu’un tir maximisé sera bien utile pour faire mouche presque à chaque tentative.




Pour profiter de tout cela, EA Canada s’est fendu d’un mode World Tour plutôt bien conçu dans lequel vous démarrez avec une équipe locale avant de lui faire grimper les échelons en régional, national et international. Tout commence évidemment par la création de votre avatar (qui peut être importé d’un Pro Virtuel de FIFA 12 !), puis par la constitution d’une équipe de base. Celle-ci pourra par la suite être complétée en créant de nouveaux joueurs ou en en récupérant auprès des équipes battues, le seul petit hic dans ce dernier cas étant que les stats des joueurs réels (en provenance du foot ou du foot de rue) sont figées : inutile de dire qu’il est préférable de monter sa propre équipe de toute pièce pour la customiser comme bon nous semble !

Pour en revenir au World Tour, vous devrez donc disputer différents Défis et autres Tournois, avec une équipe comptant de deux à six joueurs. Chaque épreuve peut être disputée avec l’un des trois niveaux de difficulté Facile, Moyen ou Difficile, une récompense étant prévue pour chacun d’entre eux. Evidemment, remporter la victoire en Difficile vous donnera aussi accès aux récompenses des niveaux Facile et Moyen ! Parmi ces objets à débloquer on trouve évidemment différentes tenues, mais aussi des terrains utilisables par la suite en mode Coup d’Envoi, un grand classique des productions EA qui vous permettra ici de vous familiariser avec les différents types d’épreuves :

Match chrono : vous devez marquer le plus de buts possible avant la fin des deux mi-temps.
Le premier à ‘X’ buts : atteignez en premier le nombre de buts demandé.
Match freestyle : il s’agit ici d’enchaîner les tricks qui remplissent une jauge située en haut de l’écran, celle-ci se vidant progressivement lorsqu’aucune figure n’est réalisée. Le montant indiqué est validé en marquant un but et l’objectif est d’atteindre le score fixé.
Règles petit pont : un petit pont vaut 3 points, une louche 2 points, passer un adversaire rapporte 1 point. Ces points sont accumulés dans un pot qui n’est validé que lorsque vous marquez un but. Il vous faut avoir le meilleur score à la fin du match.
Le survivant : les équipes s’affrontent normalement, si ce n’est que chaque joueur qui marque sort ensuite du terrain. Votre objectif est d’être la première équipe à perdre tous ses joueurs !

A noter que si de nombreux matchs se déroulent sur un terrain bordé de murs pouvant servir d’appui pour les passes, d’autres épreuves dites de Futsal prennent place sur un terrain aux limites simplement tracées au sol. Il faut alors bien doser ses passes pour éviter les touches et autres corners.




Assez conséquent, le World Tour vous demandera une bonne dizaine d’heures pour être parcouru une première fois avec la difficulté de votre choix, et bien plus si vous tenter de tout gagner au niveau Difficile. A noter que toutes les épreuves peuvent aussi être jouées en ligne contre un adversaire humain, ce qui devrait encore pimenter les rencontres.

Evidemment un mode online dédié est aussi disponible. Sobrement baptisé En Ligne, il vous permet notamment de participer à une Saison Street s’étalant sur 10 saisons et vous opposant à tous les joueurs du monde. Vous pourrez y disputer des matchs en 5 contre 5, 6 contre 6 ou en Futsal grâce à la section Division Match, tandis que des Matchs de Coupe sont aussi au programme. Bien sûr un mode plus simple baptisé Partie en ligne par équipe est aussi présent, qui vous permet de réunir huit joueurs dans un 4 contre 4, ou bien d’affronter un humain avec votre équipe habituelle. Enfin, il est possible de limiter les matchs à ses amis, les rencontres ne donnant dans ce cas lieu à aucun classement sur les serveurs de l’éditeur.Techniquement perfectibleCôté graphique nous avons déjà évoqué la modélisation des joueurs, correcte mais dont on ne profite au final que rarement. Leur animation est elle aussi de bonne facture, même si l’on note parfois quelques ratés dans les enchaînements. Le plus gênant reste que tous les joueurs bougent plus ou moins de la même manière et que, de loin, on a parfois l’impression de diriger une équipe de clones. Heureusement les terrains se révèlent quant à eux particulièrement réussis, offrant une bonne variété et de nombreux détails. Disséminés autour du monde, ils vous feront voyager et chaque tournoi majeur dans un pays donné s’accompagne d’une petite cinématique de présentation bien sympathique.




De ce point de vue, la bande son est aussi inspirée : les tournois principaux ont droit à un speaker qui annonce le score après chaque but, dans la langue du pays, tandis que les musiques bien rythmées collent parfaitement à l’ambiance générale. On apprécie notamment que leur volume varie en fonction de ce qu’il se passe sur le terrain, augmentant en même temps que la clameur de la foule. Bien vu !

On regrette en revanche que les échanges des joueurs sur le terrain, eux aussi dans leur langue maternelle, soient aussi répétitifs : après avoir entendu dix fois dans un même match « remets-la, te prends pas pour Ronaldo ! », on sature forcément…

Mais la véritable faiblesse technique de FIFA Street réside finalement dans ses chargements omniprésents : pas forcément très longs (comptez dix secondes pour un match et deux à trois secondes pour la navigation dans les menus), ils se multiplient de telle manière qu’ils finissent par réellement nuire à l’expérience de jeu, tout particulièrement dans les écrans de gestion de l’équipe. Redistribuer les points de compétence devient ainsi un vrai calvaire, et l’on préfèrera finalement stocker ces points sur cinq ou six matchs plutôt que de les utiliser immédiatement. Alors certes le jeu n’installe pas de données sur le disque dur, mais on aurait préféré consommer quelques mégas pour une meilleure réactivité de l’interface !

Terminons en mentionnant la présence d’un outil de montage et publication de vos ralentis sur www.easportsfootball.fr, un autre aspect bienvenu en provenance directe de FIFA 12.

test écrit par Eric


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 17.03.12 02:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ericnouveau
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2009
Messages: 25 183
Localisation: toulouse
grade dans la guilde: mg
Masculin
Point(s): 61 510
Moyenne de points: 2,44

MessagePosté le: 23.03.12 18:32    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / FIFA Street Répondre en citant



Lassé des jongles mythos et d'un gameplay par trop limité, EA Sports a choisi de laisser reposer quelques temps la série FIFA Street au frigo, le temps de se rafraîchir les idées. En d'autres termes, ce quatrième jeu de la série nous la joue reboot, ou riboute en bon français, en comptant sur quelques trouvailles de gameplay et la présence de Messi en jaquette pour nous coller une bonne mine. Résultat des courses ?
Fini les comètes du milieu de terrain et les portraits caricaturés des stars du foot : FIFA Street se rachète une street cred, et la joue davantage sérieux que déconne, comme tous ces cadres en maillot fluo sur les pelouses synthétiques d'Urban Foot. Globalement assez sage, l'ambiance compte beaucoup sur les vannes et les tailles des joueurs entre eux pour chauffer l'arène. Un choix assez curieux, puisque les différents stades en plein air sonnent creux quel que soit le pays visité ; authentique ok, mais un peu triste quand on a connu les saillies de Kool Shen de l'époque et le bon groove des premiers volets PS2. De la même manière, l'esthétique impersonnelle et ses couleurs souvent froides et aseptisées ont du mal à nous transporter. Mais l'important reste le terrain, et de ce point de vue, les puristes se laisseront sans doute bercer par les bonnes ondes en provenance d'EA Sports. Réalisé au sein des studios FIFA, FIFA Street emprunte à son grand frère le gros du moteur, en l'appliquant à l'échelle du foot urbain.

Question jongles et tricks, le résultat est franchement probant, grâce au "Control Stick", marque déposée. En maintenant L2 appuyé, vos joueurs à l'arrêt tâteront le cuir comme on caresse une fesse, avec grâce et amour. Forcément, comme le jeu s'appuie sur la défense tactique du récent FIFA 12, le moindre écart ou la moindre erreur d'anticipation se paie cash. Même constat pour les innombrables dribbles au stick, dont il faudra rapidement retenir les combinaisons pour régaler l'assistance de coups du sombrero et de roulettes Ginga, comme un Ronaldo des grands soirs ; pas de panique, FIFA Street propose un didacticiel vidéo pour retenir les commandes de base. Au pire, un passage par les options permet de "fixer" les rotations de stick indépendamment du positionnement de votre joueur, pour être certain de sortir le bon mouvement dans la bonne situation. Intuitive, la mécanique jongles puis louches permet d'ailleurs de réaliser des miracles rapidement. Mais toute la puissance du jeu réside dans l'humiliation de l'adversaire, avec des petits ponts et des éliminations qui font grimper les points de style. Ou comment se racheter d'une défaite amère en se réclamant de l'école du spectacle. Ceux qui veulent aussi scorer se délecteront des buts en pointard ou sur talonnade, quand bien même un vieux plat du pied brille encore par son efficacité, comme dans tout bon FIFA

Oh tu m'as vu !

Le problème reste au fond toujours le même. Offert en mode annexe dans FIFA, FIFA Street serait une sympathique alternative, un bon bonus pour se détendre. Toutes les équipes de renom sont là, et le gameplay tient la route le temps de quelques parties. Vendu à part au prix fort, on est en droit de trouver l'expérience trop vite redondante. EA Sports a beau multiplier les modes de jeu, inclure le Futsal sans les murs et avec les fautes, ou d'autres modes basés sur les petits ponts, on finit par vite tourner en rond sur le terrain. C'est le principe de l'attaque / défense instantanée : stratégiquement cela reste assez limité, surtout quand les partenaires gérés par l'I.A. se placent un peu n'importe comment. Et puis force est d'admettre que l'impact physique reste prédominant dans la gestion des contacts. Une fois qu'on a appris à ne pas se jeter, à bien fermer les jambes pour limiter les petits ponts, et à faire parler son gros défenseur robuste, le côté tricks en prend un petit coup. Malgré tout, il arrive parfois que certains tricks passent un peu miraculeusement. D'autres aspects du jeu ont également tendance à nous frustrer, comme les sorties moisies du gardien ou la gestion des coups de pieds arrêtés... Il ne fallait sans doute pas trop en demander.

Finalement, c'est presque exclusivement en multijoueur que FIFA Street prend son envol, tout simplement parce qu'il est toujours plus grisant d'humilier son pote qu'une I.A. un brin passive, même en Difficile. Une fois sa propre équipe formée en vue du World Tour, et le temps de valider le Season Pass, le joueur aura accès au mode en ligne, pour passer des petits ponts à la planète entière. Tout en reprenant le classement par divisions de FIFA 12, afin d'optimiser la recherche de joueurs d'un niveau équivalent, le mode Season Street permet surtout d'améliorer son équipe du solo grâce aux points cumulés en ligne. Les "Parties en ligne par équipe" permettent elles de mêler le capitaine de son équipe personnalisée à d'autres joueurs, pour de vrais matchs jusqu'à huit en ligne ; mais pas de montée en expérience dans ce second cas. Cela dit, autant être honnête, mieux vaudra avoir rodé son équipe perso dans le mode solo pour opposer des stats suffisamment bonnes et une panoplie de dribbles suffisamment étoffée afin de tenir tête aux rois de l'elastico ; les caractéristiques des joueurs sont une fois encore déterminantes. Franchement long étant donné le nombre de régions, de défis et de coupes, le solo devrait tenir en haleine ceux qui auraient décidé de composer une équipe de rêve en piquant les meilleurs éléments aux équipes vaincues. Les autres risquent cependant de vite retourner au vrai FIFA.
FIFA Street part d'un bon sentiment, celui de proposer une expérience de foot de rue plus authentique, plus crédible que par le passé. Pari en partie gagné, grâce à un système de dribbles réaliste et plaisant à prendre en main, surtout quand il s'agit d'humilier son vieux pote de passage avec une louche ou un petit pont. Le problème tient davantage à la formule du foot urbain, si amusant en vrai, si redondant manette en main. Même avec la meilleure volonté du monde, même avec une pléiade de modes de jeu, dont le Futsal, on finit trop vite par tourner en rond, et à trouver le gameplay limité, a fortiori en solo. D'autant plus qu'à l'inverse des premiers épisodes, l'ambiance un brin sophistiquée et les graphismes ternes ont du mal à nous transporter.
Les plus de FIFA Street
  • Mécanique de dribble réussie
  • Animations des dribbles hyper soignées
  • L'authenticité foot de rue plaira aux puristes
  • Les innombrables règles

Les moins de FIFA Street
  • Défense imprécise et trop physique
  • Ca sonne creux
  • Vite lassant
  • Vraiment trop sobre


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:28    Sujet du message: Test de jeu / PS3 / FIFA Street

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La derniere croisade : forum de guilde Index du Forum -> autres -> divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


|video guilde |<calendrier guilde |jeu detente |Album Photo | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation